Marionnette Charleville - public
Marionnette Charleville - public © Radio France / Stéphane Capron

Charleville-Mézières est pendant une semaine la capitale mondiale de la Marionnette. Le 17ème Festival Mondial des Théâtres de MarionnetteS présente 100 compagnies et plus de 500 spectacles dont une centaine sont gratuits.

Le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes a été créé en 1961 par Jacques Félix . Il n’a cessé de prendre de l’ampleur au fil des années. La marionnette est une des scènes les plus actives, les plus dynamiques du spectacle vivant. Elle est en plein renouvellement et en pleine ébullition avec des croisements avec beaucoup d’autres disciplines. La ville de Charleville-Mézières abrite depuis 1981 l’Institut International de la Marionnette, lieu de formation et depuis 1987 l’ESNAM (Ecole Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette) qui accueille des étudiants du monde entier.

Comme le cirque, la marionnette a réussi sa mutation. Elle s’est émancipée et la directrice du Festival, Anne-Françoise Cabanis peut montrer toute la vitalité ce cette discipline en plein essor.

Cette année le festival réalise un focus sur deux artistes invités. Bérangère Vantusso de la Compagnie « Trois-Six-Trente » qui travaille avec des marionnettes hyper réalistes, souvent à taille humaine. Et Stéphane Georis, artiste belge, de la compagnie des « Chemins de terre » qui travaille avec des marionnettes éphémères composées de fruits, de légumes, de viande, avec des objets détournés.

Les marionnettes de Françis Marshall
Les marionnettes de Françis Marshall © Radio France / Stéphane Capron

A Nouzonville, à cinq kilomètres de Charleville, le « Clastic Théâtre » de François Lazaro présente « Des hurlements montaient le long des sols pleureurs » à partir du travail de Francis Marshall , un artiste « art brut » qui fabrique des poupées et des sculptures.

Le spectacle se déroule dans la dernière forge en activité de cette commune industrielle. « Le pari était d’avoir un projet exigeant et de l’accompagner avec les habitants. On a eu la chance que le gérant de la forge accepter d’héberger la compagnie. Il y a eu beaucoup d’actions dans la ville » explique Anne-Françoise Cabanis.

Le résultat est saisissant. François Lazaro a travaillé pendant un an avec les habitants de la commune.

Le spectacle « Des hurlements montaient le long des saules pleureurs » se joue jusqu’au 28 septembre dans la Forge de Nouzonville.

Mots-clés :
Articles liés
Culture
Initiales DD
19 octobre 2017
Culture
Les flibustières
19 octobre 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.