Lire ensemble, le soir, en pyjama, robe du soir ou au téléphone, en musique, en langue des signes... C’est l’invitation que lance la Nuit de la lecture.

Nuit de la lecture
Nuit de la lecture © Ministère de la Culture et de la Communication

Cet événement proposé par le ministère de la Culture et de la Communication en collaboration avec les acteurs du livre et de la lecture.

Lecture, rencontres, débats, ateliers, parcours, font les ingrédients de cette première nuit de la lecture. 1 200 évènements sont programmés. Pour certains la nuit ne sera qu'une soirée, ou même une heure, mais l'important était d'affirmer une fois plus le rôle de la littérature et de la culture comme facteur de cohésion sociale.

Audrey Azoulay, ministre de la Culture, rappelle dans un communiqué que "la date du 14 janvier appelle à se souvenir des attentats de Charlie Hebdo, nous le rappelle avec émotion et avec force. Elle nous renvoie directement à la nécessité de demeurer rassemblés, dans la liberté, dans la culture, face à l’obscurantisme, à l’ignorance. À cela s’ajoute l’actualité de la seconde rentrée littéraire qui chaque année met au premier plan le talent des auteurs, la richesse des lettres en France."

Le fait de mettre ainsi la lecture sur la place publique devient de plus en plus fréquent. Les poètes sont habitués à être sur scène et en musique, mais leurs interventions sont moins médiatisées.

Les artistes sont aussi des pratiquants de la performance littéraire. Certains écrivains comme Christine Angot, Laure Limongi, Mailys de Kerangal ont l'habitude, seules ou accompagnées de mettre leur textes sur scène. Les Correspondances de Manosque ou le Marathon des Mots ont prospéré en mettant en avant la lecture publique par des comédiens. Au Havre le festival Le goût des autres construit de bout en bout 4 jours de propositions innovantes autour de la littérature. Il commence le 19 janvier.

La littérature est un spectacle vivant

Maylis de Kerangal et Cascadeur au Havre en 2016
Maylis de Kerangal et Cascadeur au Havre en 2016 © Philippe-BREARD-Ville-du-Havre

Avec Le Goût des Autres, comédiens, écrivains, musiciens, révèlent les textes autrement. Par la musique, la lecture, en solo, ou à plusieurs. Le festival est donc devenu une référence en la matière

Pour Rozenn Lebris, directrice artistique du festival, "l'important est de montrer que la littérature est une fête. Les gens peuvent venir même s'ils ne sont pas de grand lecteur. Lors de notre after-party de vendredi prochain, nous organisons un rendez-vous festifs aux Bains des Docks, lieu bien connu des Havrais. Nous y projetterons les visuels si particuliers de la maison d'édition Zulma. C'est aussi un moyen de s'approcher (même en maillot de bains) du monde des livres. Les habitués des rencontres littéraires sont étonnés de voir les rendez-vous que nous créons dans le Magic Mirror du centre du Havre. Les non-habitués commencent à trouver naturel de nous rejoindre, pour la musique, pour la lecture."

Un livre que l'on fait parler est un livre que l'on peut rencontrer sans l'avoir ouvert et possédé. C'est en cela que la lecture en public peut espérer conquérir de nouveaux territoires.

Les Bains des Docks où se déroule l'after-party de la grande nuit du Goût des Autres
Les Bains des Docks où se déroule l'after-party de la grande nuit du Goût des Autres © Philippe BREARD-Ville-du-Havre

► LIRE AUSSI |Les Français et la lecture, une priorité nationale ?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.