Son terrain de jeu préféré : la baie d'Aboukir, au nord d'Alexandrie. Là, dans une eau peu profonde, reposent les vestiges de villes englouties depuis le VIIIe siècle. Des noms qui font rêver tout archéologue : Canope, Thônis, Héracléion...L'exposition qui ouvre ses portes à l'Institut du Monde Arabe s'intéresse aux célébrations des Mystères d'Osiris.

La légende d’Osiris Osiris, fils de la Terre et du Ciel, fut tué par son frère Seth. Ce dernier démembra son corps en 14 morceaux avant de le jeter dans le Nil. Isis, soeur-épouse d’Osiris, remembra le corps, avant de lui rendre la vie et de concevoir leur fils : Horus. Osiris devint alors le Maître de l’Au-delà et Horus, victorieux de Seth, eût l’Égypte en héritage.

Les Mystères d’Osiris constituaient les fêtes rituelles les plus importantes qui se déroulaient en Égypte chaque année. Depuis le Moyen Empire au moins (1850 av. J.-C.), d’abord à Abydos dans la ville sacrée d’Osiris puis dans toutes les métropoles d’Égypte,

"Vouloir comprendre les cérémonies en l’honneur d’Osiris demeure ambitieux. " reconnaît Frank Goddio "Mieux vaut peut-être essayer de les faire ressentir au public par l’entremise d’objets mis au jour dans les deux villes disparues, Canope et Héracléion ".

Aux quelques 250 objets retrouvés lors des fouilles sous-marines, dont les découvertes les plus récentes de l'équipe de Franck Goddio, s’ajoutent une quarantaine d’œuvres provenant des musées du Caire et d’Alexandrie dont certaines sortent d’Égypte pour la première fois.Dès le parvis de l'IMA, deux statues monumentales vous accueillent : un roi pharaon datant du IIIe siècle avant JC, accompagnée de sa sœur et reine, représentée en Isis. Deux statues découvertes par les équipes de Franck Goddio dans la ville engloutie de Thônis-Héracléion et qui ont été saluées par le peuple égyptien lors de leur transport d'Aboukir à Alexandrie.

Franck Goddio
Franck Goddio © Radio France / Anne Audigier

Franck Goddio, histoire d'une passion

"Juillet 1984. Invité sur la fouille de l’épave de L’Orient, navire amiral de la flotte de Bonaparte, coulé par Nelson en baie d’Aboukir, mes premières plongées archéologiques furent les prémices d’une aventure scientifique hors du commun ."

Abandonnant une carrière dans la finance, Franck Goddio se consacre depuis lors à l'archéologie sous-marine. En 1987, il fonde l'Institut européen d'archéologie sous-marine (IEASM), ayant pour mission de rechercher des épaves, d’en assurer la fouille, la restauration, les études et publications scientifiques ainsi que la divulgation au public par des ouvrages, des films et des expositions. Ses premières fouilles ont lieu en Asie, aux Philippines. Mais l'Égypte ressurgit.

Les résultats montrent les contours de la région, le lit de l’ancienne branche occidentale du Nil et ont conduit à la découverte de la ville de Thônis-Héracléion, de son port et de son temple ainsi que de la cité de Canope. Ces deux villes, découvertes respectivement en 2000 et 1997, sont toujours actuellement en cours de fouilles sous sa direction.

Heracléion, c'est trois fois la taille de Pompéi. Il nous reste quelques siècles de travail devant nous, mais avec l'aide d'Osiris, on y arrivera.

Certains esprits chagrins reprochent à Franck Goddio de faire de "l'archéologie spectacle". Il est cependant l'un des découvreurs les plus prolifiques de ces trente dernières années. Mais comme le disait Jean Yoyotte, professeur honoraire au Collège de France, lors d'une précédente exposition organisée par Franck Goddio à Paris : "Je crois que ses détracteurs lui reprochent surtout de ne pas être du sérail. "

►►► POUR ALLER + LOIN

> Le site de l'exposition

> Le site de Franck Goddio

> Le site de l'Institut du Monde Arabe

Tete de roi
Tete de roi © Radio France / Anne Audigier
Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.