Théâtre, musique, danse, opéra, cirque... du spectacle vivant avec plus de 130 représentations pour ce festival hors norme.

Les nuits de Fourvière
Les nuits de Fourvière © Loll Willems

60 jours, 5 créations, 8 coproductions, 9 premières françaises. Ainsi s’annonce l’édition 2019 des Nuits de Fourvière, écrite avec 53 spectacles et 131 représentations. 

France Inter s’installe au cœur de l’événement et propose une soirée spéciale en public et en direct présentée par Mélanie Bauer avec les concerts de Damon Albarn, The Good, The Bas & The Queen

Le festival s’ouvrira avec la première française du Livre de la jungle d’après Rudyard Kiplin par Robert Wilson avec la musique de CocoRosie. Puis s‘enchaineront les créations pour le Grand Théâtre. Requiem pour commencer, une création inspirée des fragments du Requiem de Mozart et révélé dans l’espace par Yoann Bourgeois. Suivra HOTEL, un spectacle célébrant le 25è anniversaire du Cirque Eloise. Enfin, un programme en six temps permettra de découvrir la danseuse étoile du Ballet venue du Bolchoï : Natalia Osipova.

Côté théâtre, Georges Lavaudant adaptera L’Orestie en extérieur à l’Odéon et deux créations hors les murs viendront fleurir cette édition : le retour des Chiens de Navarre par Jean-Christophe Meurisse, leur tendresse écorchée et corrosive dirigée droit vers la famille, avec Tout le monde ne peut pas être orphelin et la problématique de L’Absence de père appuyée sur Platonov de Tchekhov dans la mise en scène de Lorraine de Sagazan.

Les Nuits de Fourvière
Les Nuits de Fourvière / Loll Willems

Deux équipes prendront leurs quartiers d’été dans les parcs et jardins de la Métropole. L’ultime spectacle du Théâtre équestre Zingaro, Ex Anima, et le joyeux Lexicon par les acrobates gallois du NoFit State Circus.

Côté musique, quelques moments précieux rassemblés sous l’appellation Les Salons de musique des Nuits à la Salle Molière (Melissa Laveaux, Raul Hermès & Edouard Macarez), un hommage au label No Format! qui fêtera ses quinze ans lors d’une soirée orchestrée par Vincent Segal. Aux côtés des grands concerts de l’été mêlant jeunes pousses (Clara Luciani et Eddy de Pretto…) et légendes vivantes (Sting, Magma, Midnight Oil, Tears For Fears…), une jolie poignée de propositions avec orchestres dont Je garde le chien… et l’orchestre de Claire Diterzi avec l’Orchestre du Conservatoire à Rayonnement Régional ; la pop solaire d’Arthur H avec l’Orchestre d’Harmonie de Bordeaux ; le fidèle Vinicio Capossela accompagne de l’Orchestre de l’Opéra de Lyon et Patrick Watson avec l’Orchestre national de Lyon.

Les nuits de Fourvière
Les nuits de Fourvière / Loll Willems

Source Les nuits de Fourvière

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.