Le célèbre musicien est en concert ce vendredi soir à la Salle Pleyel. A 85 ans, le pianiste trois fois oscarisé sort aussi son premier disque de musique classique.

Michel Legrand, en 2014 à la Mostra de Venise
Michel Legrand, en 2014 à la Mostra de Venise © AFP / Tiziana Fabi

Mais qui est Michel Legrand ? A 85 ans, le célèbre musicien français sort ce vendredi pour la toute première fois un album de musique classique. Il a composé un concerto pour piano - qu'il interprète lui-même, et un autre pour violoncelle, interprété par Henri Demarquette, accompagnés par l'Orchestre philharmonique de Radio France. Et le jour même de la sortie du disque, il sera en concert à la Salle Pleyel, où il interprètera non pas ses œuvres classiques mais ses musiques de films les plus célèbres. Pour l'occasion, retour sur toutes les facettes de ce compositeur touche-à-tout.

Legrand jazzman

Si Michel Legrand a eu une formation de piano classique au Conservatoire de Paris, c'est le jazz sa première passion. Pendant ses études musicales, il découvre le jazz lors d'un concert de Dizzy Gillespie. Son premier album I Love Paris, en 1954, flirte avec le jazz et est un immense succès aux Etats-Unis. Si bien que quatre ans plus tard, il partage l'affiche d'un disque nommé "Legrand Jazz" avec notamment Miles Davis et John Coltrane.

Depuis, Michel Legrand n'a jamais quitté le jazz, qui imprègne toutes ses compositions de près ou de loin. En 1999 notamment, accompagné d'un big band de jazz, il reprend en versions réarrangées ses grands standards cinématographiques.

Legrand arrangeur

Avant même de faire des disques qui portaient son nom, Michel Legrand est entré dans la musique par l'arrangement. C'est grâce à son père, chef d'orchestre, qu'il débarque dans le monde de la variété française. Il a notamment travaillé avec Henri Salvador et Zizi Jeanmaire, ainsi qu'avec Maurice Chevalier qui en a fait son directeur musical.

Régulièrement dans sa carrière, Michel Legrand a repris son rôle d'arrangeur, en réorchestrant ses propres pièces ou en retravaillant d'autres morceaux. En 2011, il a invité de nombreux artistes comme Mika, Carla Bruni ou Coeur de Pirate à chanter sur un album de chansons de Noël revues et corrigées à sa façon.

Legrand chanteur

S'il a sorti peu de chansons sur lesquelles il chante lui-même, Michel Legrand n'en a pas moins aussi mené une carrière de chanteur. Outre sa version en français de "The Windmills of your mind", devenue les célèbres "Moulins de mon coeur", on lui doit un catalogue de chansons de variété dont la plupart sont méconnues.

En 2012 dans le film L'amour dure trois ans, dans lequel le personnage principal est fan de Michel Legrand, il fait une apparition au piano et au bord de la mer, reprenant Les Moulins de mon coeur, avec JoeyStarr en invité surprise.

Legrand compositeur pour le cinéma

C'est évidemment dans ce rôle-ci qu'il est le mieux connu. Avec plus de cent films à son actif en plus de cinquante ans de carrière, Michel Legrand a travaillé avec les plus grand réalisateurs comme Herni Verneuil (le premier à le faire travailler sur un long-métrage, "Les Amants du Tage" en 1955), Jean-Luc Godard, Chris Marker ou Claude Lelouch. Il a été primé aux Oscars trois fois pour les musiques de L'Affaire Thomas Crown, Yentl et Un été 42.

Mais ce sont surtout les musiques des films de Jacques Demy qui ont fait son immense renommée : Les Demoiselles de Rochefort, Les Parapluies de Cherbourg et Peau d'Âne doivent une partie de leur succès à leur musique. Au-delà de ces trois films, les plus connus de Jacques Demy, la collaboration entre les deux hommes s'est poursuivie jusqu'en 1988 et le dernier film de Demy, La Table Tournante. Dans Parking, il fait chanter Francis Huster.

Parmi les très nombreuses musiques qu'il a composées, celle du film Le Messager de Joseph Losey en 1971. Une musique depuis devenue culte grâce à une émission de télévision : "Faites entrer l'accusé".

Legrand compositeur pour la télé... et la radio

Si le cinéma est son domaine de prédilection, le compositeur a aussi officié pour la télévision, essentiellement pour des téléfilms ou des dessins-animés pour enfants. On lui doit notamment le générique culte - sur lequel il chante aussi - des aventures de Oum le dauphin blanc, diffusé dans les années 70 à la télévision. Autre générique culte : celui de Il était une fois... la vie et tous ses dérivés (L'histoire, l'espace, etc.).

Enfin, le saviez-vous ? On doit aussi à Michel Legrand un célèbre jingle, celui d'une radio concurrente : RTL, qu'il a composé en 1964 et qui n'a jamais changé depuis.

Legrand débutant dans le classique

Et voici donc la dernière facette de Michel Legrand, et la plus jeune : celle de compositeur classique. Le musicien s'est lancé dans la musique classique sur la commande d'un festival américain. "Je m'attelai pour la première fois à un Concerto pour piano, mon instrument fétiche qui m'a permis de naviguer du jazz à la chanson, de la comédie musicale à la musique de films, et enfin à la musique symphonique", raconte-t-il dans le livret de ce disque, comme s'il bouclait la boucle de son parcours musical.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.