l'Edito du festival

"Poétique , grâce à la créativité des musiciens que nous accueillons, et à la vision sublimée du monde qu’ils nous donnent en partage.

Politique , au sens originel de "qui concerne la cité et le citoyen". La cité aujourd’hui, c’est le monde. Et les pays des artistes que nous recevons sont, comme souvent, sous les feux de l’actualité internationale : l’Ukraine, la Palestine, la Syrie, la Tunisie, la Turquie, le Brésil…

Et, si l’on pousse plus loin la dialectique, c’est avec deux concepts essentiels chers à Edgar Morin que nous souhaitons illustrer cette édition : Résistance et Reliance . Edgar Morin part du constat que notre civilisation sépare plus qu’elle ne relie. Parce que nous devons assurer l’incertitude et l’inquiétude, parce qu’il existe beaucoup de sources d’angoisse, nous avons besoin de forces qui nous tiennent et nous relient. Nous avons besoin de reliance parce que nous sommes dans l’aventure inconnue […] La compréhension entre personnes, cultures et nations porte en elle, un potentiel de fraternisation qui nous invite à nous reconnaître comme enfants de la Terre-Patrie , dit-il.

Tous les artistes de talent que nous invitons, nous offrent de grands moments d’émotions, de grâce partagée et de communion – de Calexico à Susheela Raman, Kayhan Kahlor & Erdan Erzincan, Dom la Nena & Danças Ocultas, Cigdem Aslan ou Esperanza Fernández – ; des temps de fête aussi, de nouveaux rythmes, des transes joyeuses et sensuelles – avec Amsterdam Klezmer Band, Chucho Valdés, Dupain, David Krakauer, Magic Malik… tous aussi créatifs et porteurs d’imaginaires que de nouveaux mondes possibles et de fraternité.

Aussi, nombreux sont ceux qui conjuguent passé et présent, nord et sud, est et ouest, ragga et musette avec Winston McAnuff & Fixi, dabké et électro avec Omar Souleyman, kan ha beat box avec Krismenn & Alem, afro-ngoma et rap avec Ahamada Smis, marseillais des Comores, jazz-punk et incantations chamanes avec Melt Yourself Down… Tous ceux dont les œuvres riches et réjouissantes témoignent de la liberté de créer en explorant la face positive de la mondialisation.

Résistance à l’uniformisation des musiques, des cultures, de la pensée. Résistance vécue par de nombreux artistes, au présent ou dans le passé, avec Johnny Clegg et les Mahotella Queens d’Afrique du Sud, DakhaBrakha d’Ukraine, Tamer Abu Ghazaleh de Palestine… Résistance enfin à la substitution du pouvoir politique par le pouvoir financier. Nous en parlerons lors d’une grande journée de réflexion à l’occasion du 14 juillet avec Arte et Mediapart, et avec Attac aussi.

Reliance , parce que nous souhaitons au fil de la semaine du Festival, ouvrir une fenêtre qui parle au monde et du monde avec le désir de partager avec tous d’autres manières d’être présents au monde, sans peurs.

Reliance enfin, parce que Les Suds – la musique que fait le monde en ce moment – sont des espaces-temps où peut se construire le lien à soi, aux autres et au monde de demain !

Marie José Justamond

Directrice de Suds, à Arles

http://www.suds-arles.com

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.