Découvrez les plus belles planches avec Batman et Wonder Woman, tirés de l'exposition "L'Art de DC - L'Aube des Super-Héros" .

L'affiche de l'exposition "L'art de DC - L'aube des super héros"
L'affiche de l'exposition "L'art de DC - L'aube des super héros" © Radio France / Art Ludique - DC

Cette exposition montée par Art Ludique -Le Musée, à Paris, est une première et montre la valeur artistique des dessins d'Alex Ross, Franck Miller, Georges Perez ou Carmine Infantino, entre autres, quand ils dessinent ces super héros. Sont ainsi dévoilés plus de 250 planches originales et œuvres de recherches pour le cinéma.

Avant d'être des héros de blockbusters, Superman, Batman, Wonderwoman, ont été des créatures d'encre, promptes à régler quelques angoisses de l'Amérique, à différentes époques. Ils ont ensuite suivi des aventures et fortunes diverses sous les plumes de ces différents dessinateurs.

Ils appartiennent tous à l'univers de DC, premier éditeur de bande dessinée au monde, et bras créatif de la Warner Bros.

Superman, le premier

Le premier des super héros est Superman, créé par deux jeunes de 17 ans, à Cleveland. Joe Schuster et Jerry Siegel, l'avait dessiné et conçu dès 1933.

En 1938 Schuster et Siegel vendent leur Superman à DC (Detective Comics). Là Superman a eu droit à la couverture du premier numéro du magazine Action Comics.

Pour Schuster et Siegel commença aussi une longue bataille juridique avec DC pour profiter des royalties générées par le succès de Superman. En 1946 DC leur fait un chèque de 200 000 dollars, et en 1978 ils reviennent à la charge et obtiennent une rente annuelle à vie de 35 000 dollars chacun, accompagnée de la mention systématique de leurs noms dans les films de Superman.

Tous les Batman possibles

Un an après la naissance de Superman, Bob Kane et Bill Finger, donnent naissance à Batman, qui lui ne vient pas de la planète Crypton. C'est un humain, qui revêt la cape du justicier pour punir les criminels de Gotham City. Il agit sans armes.

Batman en tout cas s'est prêté à mille interprétations au fil des ans et le témoignage de Christopher Nolan dans le parcours de l'exposition montre que l'homme à la cape noire peut se parer de plusieurs caractères.

Quand Frank Miller scénarise et dessine Batman: Dark Knight (The Dark Knight Returns) en 1986, il fait du justicier un homme violent et extrémiste.

Batman: Dark Knight, extrait d'une planche de Franck Miller, Klaus Janson et Lynn Varley en 1986
Batman: Dark Knight, extrait d'une planche de Franck Miller, Klaus Janson et Lynn Varley en 1986 © Radio France / CS
Batman: Dark Knight, extrait de planche par Franck Miller, Klaus Janson et Lynn Varley, 1986
Batman: Dark Knight, extrait de planche par Franck Miller, Klaus Janson et Lynn Varley, 1986 © Radio France / cs
Dessin de George Perez
Dessin de George Perez © Radio France / cs
Dessin préparatoire de Marty Kline, pour le film "Batman, le défi"de Tim Burton
Dessin préparatoire de Marty Kline, pour le film "Batman, le défi"de Tim Burton © Radio France / cs

Wonder Woman pour donner confiance aux filles

Superman comme Batman, ont fait toutefois l'objet de critiques et inquiétudes autant que de louanges. Trop violents, trop "clichés", trop sexistes ou au contraire incitant à la pédophilie ?

Une première réponse aux inquiétudes des parents est arrivée dès les début des années 40 avec Wonder Woman. Les créateurs de la super-héroïne, qui n' a pas eu beaucoup de concurrence par la suite, se sont inspirés d'un princesse d''une tribu d'amazones dont les origines sont liées à la mythologie grecque.

Wonder Woman dessinée en 1943 par Harry G. Peter
Wonder Woman dessinée en 1943 par Harry G. Peter © Radio France / DC®_&_Ôäó_DC_(s17)

Selon le communiqué de presse de l'époque, « Wonder Woman a été conçue par le docteur Marston dans le but de promouvoir au sein de la jeunesse un modèle de féminité forte, libre et courageuse, pour lutter contre l'idée que les femmes sont inférieures aux hommes et pour inspirer aux jeunes filles la confiance en elles et la réussite dans les sports, les activités et les métiers monopolisés par les hommes ».

L'exposition montre aussi les véhicules, maquettes de décors, les costumes authentiques créés pour les films tels que le costume mythique porté par Christopher Reeve dans Superman, le costume de Michelle Pfeiffer en Cat Woman ou celui porté par Lynda Carter dans Wonder Woman dans les années 1970, avec son lasso de vérité. C'est assez spectaculaire mais les dessins semblent parfois touts petits. Ils se noient face au poids des engins de cinéma qui leur volent la vedette.

► Art Ludique, le musée, exposition L'art de DC - L'aube des super-héros

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.