Du siècle des lumières à l’esprit océan, « Liberté ! » se donne comme une vague heureuse.

FRANCE. Bordeaux. Au pied du Pont Jacques Chaban Delmas. 2018
FRANCE. Bordeaux. Au pied du Pont Jacques Chaban Delmas. 2018 © Harry Gruyaert - Magnum Photos

Il n’est guère de notion plus unanimement partagée que celle de liberté : la liberté est un droit, certes, mais qu’il faut en permanence (re)conquérir.

À Bordeaux, comme dans toute autre grande ville du monde, le rapport à la liberté s’est établi en réaction à l’oppression, en érigeant très tôt des murailles face aux envahisseurs dits barbares, plus tard en bâtissant un vaste édifice, urbain et mental, propre à incarner cet « esprit des Lumières » qui sema les graines de la Révolution française, le Port des Lumières. Un créateur, l’architecte Victor Louis, eut in fine raison de la forteresse du château Trompette, initialement érigée pour assujettir les Bordelais frondeurs à l’ordre absolu de la monarchie, en élevant son Grand Théâtre sur les glacis mêmes de l’offensante bastille.

Tube, Dornbirn, 2016
Tube, Dornbirn, 2016 / Zilvinas Kempinas

À l’enseigne de la Liberté, la pensée et la création doivent plus que tout être chéries, protégées, encouragées : la Loi relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, promulguée en juillet 2016 en écho à l’attentat contre Charlie Hebdo, est venue affermir cette réelle nécessité.

Bordeaux va hisser les couleurs de la « Liberté ! », s’inscrivant dans une dynamique qui, de la philosophie des Lumières – mouvement traduisant un engagement contre les oppressions, les obscurantismes et en faveur du progrès, du renouvellement des savoirs et des apprentissages –, investit tous les champs de l’émancipation des êtres humains, jusqu’au surf, moins un sport de l’extrême, pratiqué sur la côte atlantique depuis les années 1950, qu’un mode de vie, désormais fondé sur le dépassement de soi. 

Au-delà des siècles et des postures qui semblent a priori les séparer, l’horizon réunit ces deux disciplines en une même vague, à la fois imprévisible et attendue – une même vague qui incarne et conditionne le sentiment de liberté.

Zingaro - Photos extraites du spectacle Ex Anima
Zingaro - Photos extraites du spectacle Ex Anima / Marion Tubiana

De la fête du fleuve, en ouverture, au spectacle Ex Anima de Bartabas en clôture, une centaine de propositions rythment la programmation avec une vingtaine de créations originales portées par des artistes, des auteurs, des collectifs tels Aurélien Bellanger, François Beaune, Ruth Ewan, Raphaëlle Boitel, Gonzalo Borondo, Yes We Camp, Harry Gruyaert et Michel Schweizer. Celle-ci s’inscrit – à l’instar de la précédente saison 2017 consacrée aux Paysages – au cœur des territoires, en étroite collaboration avec les acteurs et les institutions culturels, aux côtés desquels sont invitées des personnalités amenées à confronter, à conjuguer leurs points de vue en une vision kaléidoscopique inventive. 

Bordeaux Open Air
Bordeaux Open Air / Astrid Lagougine

Laboratoire à ciel ouvert combinant le temps, le présent et la géographie dans toute la diversité des expressions créatives, Liberté ! se donne comme une vague heureuse, une invitation aux voyages, un « vortex » : abréviation de « Visualisation Objective du ReTour d’Expérience ». L’expérience comme moteur d’acquisition des connaissances. Embarquement immédiat.

Toute la programmation ici : les projets artistiques !

Source Liberté ! Bordeaux 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.