Pokémon outragés, Pokémon brisés, Pokémon martyrisés, mais Pokémon libérés ! En tout cas c'est l'objectif de la PETA, la SPA américaine, à travers sa dernière campagne web. L'association s'attaque aux animaux imaginaires les plus célèbres du jeu vidéo.

Pokémon version PETA
Pokémon version PETA © Radio France / Olivier Bénis

Ou plus précisément à leurs dresseurs. La PETA les accuse de maltraitance sur animaux (virtuels). Rangés dans des balles en plastique ("comme les éléphants enchaînés dans les cirques" ), forcés à se combattre les uns les autres, les Pokémon "souffrent aux mains de leurs cruels propriétaires" , clame l'association. "Si la PETA existait à Unova (le monde du jeu vidéo Pokémon), notre devise serait : les Pokémon ne sont pas notre propriété ! Ils ont le droit de vivre leur propre vie !"Tout ça, on le retrouve sur un site qui propose même un jeu vidéo parodiant celui de Nintendo. Le principe est simple, aider Pikachu et ses amis à échapper aux griffes de leurs méchants dresseurs.

Le dresseur peut-il vaincre l'action non-violente de Pikachu ?
Le dresseur peut-il vaincre l'action non-violente de Pikachu ? © Radio France / Olivier Bénis

Le Pikachu version PETA est salement amoché, avec une oreille à demi arrachée, des bandages partout, et un collier en métal tendance SM. Pour regagner sa liberté, il peut manifester, faire un câlin ou, si on l'énerve un peu, électrocuter son dresseur. Ce dernier peut lui passer un collier étrangleur, le frapper à coups de batte de base-ball ou même lui couper la queue (des pratiques dénoncées par l'association).

Là où ça devient beaucoup moins drôle, c'est qu'en cas de victoire, vous avez droit à une petite vidéo représentant de vrais mauvais traitement sur de vrais animaux. Car l'idée c'est évidemment de faire parler de tout ce que dénonce la PETA, en profitant allègrement de la popularité du jeu vidéo Pokémon pour faire du buzz, puisque la toute dernière version vient de sortir sur la Nintendo DS.

Un détournement qui n'a pas franchement plu aux fans de la franchise, qui se déchaînent depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, accusant la PETA de "détourner leur enfance".Certains vont même jusqu'à expliquer en détail en quoi la philosophie des jeux Pokémon est justement de récompenser les dresseurs qui traitent bien leurs amis imaginaires.

Nintendo non plus n'a pas aimé la dernière trouvaille de la PETA. La firme japonaise a même publié un communiqué où elle dit "prendre très au sérieux l'utilisation frauduleuse de ses produits et de ses propriétés intellectuelles" . Il faut dire que ce n'est pas la première fois que l'association s'en prend à l'une de leurs franchises. Elle avait même (et c'est quasiment un sacrilège) accusé ce brave Mario de faire la promotion de la fourrure en portant un costume de raton-laveur.

Dossier_lien_chronique_netplusultra
Dossier_lien_chronique_netplusultra © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.