Le 7 juin prochain, un jury de 24 auditeurs de France Inter désignera le 46è prix du Livre Inter. Nous avons demandé à chacun des 10 auteurs sélectionnés d'écrire un texte sur leur livre et d'y adjoindre une photo.

Santiago Amigorena
Santiago Amigorena © Bamberger

"Tous les matins, depuis vingt-cinq ans, j’écris sur des feuilles identiques, avec un même stylo plume, d’une écriture de plus en plus petite, une histoire longue et compliquée : celle d’un muet qui décide de tout écrire pour arrêter d’écrire. En hommage aux chiffres d’Opalka et aux petits monstres sombres de Michaux, je noircis chaque page d’une quantité chaque fois plus grande de lettres en espérant que la dernière page que j’écrirai sera entièrement noire.

La page d'écriture de Santiago Amigorena
La page d'écriture de Santiago Amigorena / POL

L’après-midi, j’écris sur mon ordinateur des histoires plus simples, comme celle de ce couple. 

Couple en balade
Couple en balade / Santiago Amigorena / P.O.L.

Tout commence en 1940, au moment où l’homme, Vicente Rosenberg, un Juif polonais arrivé à Buenos Aires une douzaine d’années plus tôt, commence à se demander qui il est. Avant le nazisme, il ne s’était jamais posé cette question. Mais pendant la guerre, il n’a plus le choix. Dans un premier temps, cette question, Vicente Rosenberg va se la poser paisiblement, en bavardant avec ses amis au café, en marchant dans les rues animées de Buenos Aires. Puis, peu à peu, en recevant des lettres de sa mère qui lui font comprendre les conditions de vie dans le ghetto de Varsovie, Vicente Rosenberg va s’enfoncer, avec cette question, dans une mélancolie profonde – et silencieuse.

Le livre raconte comment la vie de Vicente Rosenberg s’effrite, se délite, jusqu’à un jour du mois d’octobre 1944 où, alors qu’il est sur le point de se suicider, sa femme, lui annonce qu’elle est enceinte.

Nous sommes faits de mots ; et parfois, aussi, d’images.

Je sais ce qui oppose les deux images que je vous montre ici. Mais je ne sais pas ce qui les relie. Et c’est sans doute pour ça que j’écris".

Aller Plus loin

  • 🎧 ÉCOUTER | L'Heure bleue : Famille, Santiago Amigorena
  • 🎧 ÉCOUTER | Remède à la mélancolie : Santiago Amigorena : "Je suis heureusement mélancolique depuis ma naissance"
  • 🎧 ÉCOUTER | L'avis du Masque et la Plume
8 min

"Le ghetto intérieur", de Santiago Amigorena : les critiques du Masque et la Plume

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.