Nous avons demandé à chacun des 10 auteurs sélectionnés pour le Prix du Livre Inter d'écrire un texte sur leur livre et d'y adjoindre une photo. Julia Deck est en compétition avec son roman "Propriété Privée" (Ed. Minuit).

Julia Deck
Julia Deck © Hélène Bamberger

"J'ai commencé l'écriture de Propriété privée après avoir trouvé les premières phrases du roman. Dans cette scène, un couple de Parisiens bien sous tous rapports, animé de préoccupations sociales et de valeurs écologistes, projette d'"occire le gros rouquin", soit le chat de leurs voisins. J'étais intéressée par l'incongruité de la situation. Qu'est-ce qui avait pu faire surgir, chez ces personnes possédant tout l'apanage de la civilisation, une pulsion suffisamment cruelle pour leur faire envisager le meurtre froid d'un animal – le seul véritable innocent de l'histoire ? Je ne sais pas d'où m'est venue cette idée.

Ce que je sais, par contre, c'est que, la semaine de la sortie du livre, j'ai emménagé dans un nouveau logement, et que dans cet appartement vivait un chat roux. J'avais déjà observé le pouvoir prédictif du roman. Après la sortie de mes précédents livres, j'avais eu l'impression, à plusieurs reprises, de vivre une scène qu'avait traversée l'un de mes personnages. Je ne donne pas dans les sciences occultes. J'ai une interprétation assez prosaïque de ce phénomène. Nos personnages résultent de nos fantasmes. Une fois élaborés dans le roman, ces fantasmes se révèlent à nous-mêmes, alors qu'ils demeuraient obscurs tant qu'ils nous agissaient.

Cela n'explique pourtant pas le gros rouquin. La présence tout sauf fantasmatique de cet animal dans ce nouvel appartement. Pour une fois, j'ai versé dans l'occulte. J'ai pensé que le sort avait placé ce chat sur ma route à dessein. Qu'il était justement là pour prouver aux yeux du monde, avec Proust et contre Sainte-Beuve, que la confusion de l'auteur avec le narrateur est une faute morale grave, et que l'interprétation biographique a pour seul effet d'aplatir le livre.

La photo ci-jointe atteste, il me semble, que le gros rouquin n'a pas à se plaindre."

Le gros rouquin
Le gros rouquin / Julia Deck

Aller Plus loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.