Qui était Felix Salten, l’auteur autrichien de "Bambi" ? Et si le livre de 1923 était une façon d’évoquer le futur sort des Juifs d’Europe ? Le dessinateur Benjamin Lacombe publie une superbe version de ce roman chez Albin Michel.

Détail d'un dessin de Benjamin Lacombe dans son livre "Bambi"
Détail d'un dessin de Benjamin Lacombe dans son livre "Bambi" © Albin Michel

Avec l’historienne Annette Wieviorka, le dessinateur était invité de l’émission Barbatruc de Dorothée Barba. Ensemble, ils sont revenus sur l’origine politique du roman. 

Bambi est surtout célèbre pour le dessin animé enchanteur de Walt Disney. Sorti sur les écrans en 1942, il est, malgré la scène de la mort de la maman du faon, un très bel hommage à la nature et un film résilient d’apprentissage. Grâce au dessin anthropomorphique, il apprend aux enfants qu’il est possible de surmonter la mort d’un parent. Mais pas seulement. 

1942, année terrible

Annette Wieviorka explique : "Le film sort en 1942. C’est l’année la plus terrible pour la persécution des Juifs. En France, c’est l’année de la Rafle du Vel d’Hiv' et de la noria de convois qui emmènent les juifs à Auschwitz pour y être assassinés. En Pologne, c’est la 'liquidation' du ghetto de Varsovie. 

Dans le livre, dont s’est inspiré Walt Disney, c’est très clair : le sort de Bambi est aussi une façon d’évoquer la montée de l’antisémitisme dans les années 1920. On peut y voir une allégorie de l’inquiétude d’une future persécution. Il y a dans Bambi des choses sidérantes".

L'auteur ne prédit pas la destruction de masse des Juifs, mais la nécessité de se cacher d'un ennemi constant qu’il ne nomme jamais. Il l'appelle en général "Il" avec un "I" majuscule.

Le roman dont s’est inspiré le film américain est paru en 1923

Détail d'un dessin de Benjamin Lacombe dans son livre "Bambi"
Détail d'un dessin de Benjamin Lacombe dans son livre "Bambi" © Corbis / Albin Michel

Il a été traduit en anglais en 1928. Son auteur est l’Autrichien Felix Salten (1869–1945). De son vrai nom, Siegmund Salzmann, l’écrivain a également été journaliste. Lié à l’élite viennoise et au milieu sioniste, il a aussi écrit pour le théâtre et le cinéma. 

Benjamin Lacombe poursuit : "Cette peur évoquée dans le livre d’origine est basée sur la connaissance de pogroms [attaques, accompagnées de pillages et de massacres, contre les Juifs en Russie, perpétrées par la majorité chrétienne, sans réaction des autorités ou avec leur assentiment, entre 1881 et 1921] en Russie et en Europe dans les années 1920. 

Comme les craintes qui nous entourent se répercutent dans notre écriture, celle de Felix Salten est visible dans le texte. 

Ce n’est pas une vue de l’esprit. Il y a même dans le livre un passage avec une discussion entre chevreuils avec des mots en yiddish. 

C’est pourquoi je tenais à illustrer cette histoire. Bambi est un livre magnifique qui nous fait ressentir ce que c’est d’être opprimé. Et nous parle d'une certaine façon d'aujourd'hui".

Une histoire qui rappelle le sort de tous les apatrides ou des émigrés

Annette Wieviorka : "Ce qu’apprend la maman de Bambi à son fils, c’est à fuir et à courir très vite. Une idée qui est reprise par la cousine du faon, sa future femme : 'Le danger, c’est quand il faut filer'. On note que récemment certains Juifs de France ont décidé de partir".

Benjamin Lacombe : "Les cerfs sont les seuls animaux de la forêt sans terrier. Dans l’histoire de Bambi, ils sont à la recherche d’une terre où ils seraient en sécurité, une sorte de terre promise. Ce côté apatride de Bambi dépasse le contexte politique, géopolitique de son auteur. On peut tout à fait y voir le sort des exilés ou des émigrés actuels. On peut sentir à travers ce récit ce que c’est de ne n’avoir pas une terre à soi où l'on peut vivre simplement, et d'être une victime. En ce sens, Bambi est un classique. Ecrit il y a longtemps, il arrive à nous parler de notre actualité par la force des thématiques qu'il convoque".

Détail d'un dessin de Benjamin Lacombe dans son livre "Bambi"
Détail d'un dessin de Benjamin Lacombe dans son livre "Bambi" / Albin Michel

Annette Wieviorka a été touchée par les relations amicales entre les espèces, mais aussi par certaines expressions : "Pour parler d’un papillon, il est écrit 'une fleur vagabonde'. Je me demande s’il ne s’agissait peut-être dans la traduction de 'fleur errante', ce qui montrerait bien qu’il est question de migrations".

Mais "Bambi" n’est pas que cela

Benjamin Lacombe se veut rassurant : "Même si Bambi pose aussi des questions d’identité, il ne faut pas oublier que le livre n’est pas que cela. 

C'est aussi un ouvrage sur la beauté et une véritable fable naturaliste. 

Salten faisait partie d’un mouvement qui prônait le retour à la nature. En cela, son propos a un écho très contemporain. C’est une véritable respiration dans le contexte actuel de confinement, etc. Il est aussi question de cycle des saisons ce que j’ai essayé de rendre visible par les couleurs. 

Enfin, Bambi est un roman pacifiste : il n’y a pas de volonté de revanche chez les animaux".

ECOUTER | Barbatruc, l'émission de Dorothée Barba sur Bambi

Détail d'un dessin de Benjamin Lacombe dans son livre "Bambi"
Détail d'un dessin de Benjamin Lacombe dans son livre "Bambi" / Albin Michel

Comment dessiner Bambi ? La leçon de dessin de Benjamin Lacombe

Bambi de Benjamin Lacombe est paru chez Albin Michel

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.