Le duo d’auteurs de livres jeunesse (La Reine des fourmis a disparu, Anya et Tigre blanc, La Fille du Samouraï, Rose et l'automate de l'opéra…) publie une version remise au goût du jour de l’histoire mythique du Gorille né dans les années 1930 au cinéma.

Détail d'une image du livre pour enfants "King Kong" de François Roca et Fred Bernard
Détail d'une image du livre pour enfants "King Kong" de François Roca et Fred Bernard © Albin Michel

Sur son rocher, un grand singe se lamente. Il est las de manger des huîtres, seules ressources que les humains lui ont laissé. Le gorille a dû partager sa nourriture avec d’autres tribus « moins gourmandes, mais beaucoup plus nombreuses : celles des humains qui exploitèrent et accaparèrent tout ». Le ton est donné : le King Kong de Fred Bernard est François Roca est écolo.  

A l’origine, King Kong (« Roi Kong », nom venu d’un lieu sénégalais) est né dans l’imaginaire de Merian C Cooper et Ernest B. Schoedsack pour leur films sorti en 1933. Il raconte l’histoire d’Ann Darrow engagée sur le tournage d’un film sur l’Île du Crâne. Capturée par une tribu autochtone, elle est enlevée par un gorille au moment d’être sacrifiée… La magie du film aux multiples versions naît de la relation entre la belle et la bête dans cette aventure où les rôles s’inversent. La bête émeut ainsi par sa sensibilité.  

Détail d'une image de "King-Kong" de François Roca et Fred Bernard
Détail d'une image de "King-Kong" de François Roca et Fred Bernard / Albin Michel

La version pour enfants de Fred Bernard et François Roca respecte l’histoire originelle, et l’actualise en finesse en y ajoutant le respect de la nature menacée. Le King Kong à la peinture à l’huile de François Roca est une grosse masse noire ronde qui, petit à petit, s’humanise. Son New York des années 1930 légèrement sépias est délicat. On replonge dans le mythe.  Une réussite.

Comment j’ai dessiné King-Kong  ? la leçon de dessin de François Rocca 

King-Kong de François Rocca et Fred Bernard chez Albin Michel 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.