Denis Cheissoux vous conseille ce classique de la litterature jeunesse superbement dessiné et peint. Il met en lumière une jolie complicité entre un ours et une souris. Un album à lire dès 4 ans. Exceptionnel par son originalité, sa richesse, et sa sensibilité, il lève le voile sur un secret et donne un joli conseil.

Détail de la couverture des "Questions de Célestine" de Gabrielle Vincent, un classique de la littérature jeunesse conseillé par Denis Cheissoux
Détail de la couverture des "Questions de Célestine" de Gabrielle Vincent, un classique de la littérature jeunesse conseillé par Denis Cheissoux © Casterman

Denis Cheissoux : 

"En 2001, avant de quitter ce monde, Gabrielle Vincent avait pris le soin de confier à son éditeur un dernier album d'Ernest, l'ours, et de sa complice, Célestine, la souris. Des personnages que l'on connait très bien dans un troisième album d'une série vraiment exceptionnelle par son originalité, sa richesse, et sa sensibilité. Il lève le voile sur un secret : les origines de Célestine. 

"Que fais-tu Célestine, je ne t'entends plus. Tu voudrais savoir quoi ? Dis-moi. Parle, regarde-moi." 

Comme beaucoup d'enfants, Célestine se pose beaucoup de questions. Elle est à un âge où l'on s'interroge sur ses origines. Mais la souris n'ose pas en parler avec Ernest. Il va l'inciter à parler. Même s'il redoute ces questions qui risquent de le conduire sur un terrain difficile : 

"Oh, j'ai toujours eu peur de ces questions. En fait, je m'y attends depuis toujours. Il faut tout dire. Il faut toujours dire la vérité."

Détail d'une page des "Questions de Célestine" de Gabrielle Vincent
Détail d'une page des "Questions de Célestine" de Gabrielle Vincent / Casterman

Et finalement, la fameuse question est arrivée un soir, juste avant de s'endormir 

"Ernest, je voudrais savoir comment je suis née. D'où je viens ?"

Il hésite à répondre. Célestine insiste.

"Comment je suis née ? J'étais où ?"

- "Tu étais tellement petite, tellement jolie. Je t'ai entendue, je t'ai prise, et je t'ai déposée, là, dans mon col."

- "Mais, où m'as-tu trouvée ?"

Il lui avoue qu'il balayait sur la place, qu'il l'a entendue, et qu'il l'a récupérée dans un panier. Enfin, un grand bac.

Et comme Célestine insiste, il finit par lâcher le morceau. Ses parents l'avaient laissée dans une poubelle. 

"Pourtant, j'étais là. Tu étais toute seule."

- "Pourquoi mes parents m'ont perdue ?"

- "Peut-être parce qu'ils pouvaient pas s'occuper de toi. Mais une chose est sûre : il y a une grande place pour toi dans ma vie."

Détail d'un dessin des "Questions de Celestine" de Gabrielle Vincent
Détail d'un dessin des "Questions de Celestine" de Gabrielle Vincent / Casterman

Ernest l'a recueillie, et c'est ce qui fait tout le charme de cette histoire

Il consigne ce récit dans un cahier qu'il lui répète tous les soirs sans oublier un seul détail. Et s'il omet quelque chose, Célestine lui rappelle : 

"Mais tu as oublié l'histoire de la poubelle !'

Elle veut aussi qu'il lui montre l'endroit exact où il l'a trouvée. Ernest est fatigué, mais heureux de ces discussions. 

Pourquoi faut-il (re)lire "Les questions de Célestine" ? 

Le message ultime glissé par Gabrielle Vincent dans cet album tout en délicatesse, en crayonné, en aquarelle superbe et en émotion, est : 

Il faut toujours dire la vérité aux enfants, en respectant leur sensibilité. 

Dans cet ouvrage, c'est la vérité entre les deux qui fonctionne. On est au plus près de ce qu'un enfant peut attendre de sa relation avec un adulte : un besoin d'amour et de sécurité."

Les questions de Célestine de Gabrielle Vincent Ed. Casterman pour les 4-7 ans ( 5,20 €)

=> ECOUTER | Denis Cheissoux dans Grand bien vous fasse

ÉCOUTER | L'émission de Denis Cheissoux, L'as-tu lu mon p'tit loup ? tous les samedis et dimanche à 13h20

=> Plus de livres jeunesse sur France Inter 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.