Jeu tout simple sur le papier (il suffit d'éviter les obstacles d'un point A à un point B), "Lost in Harmony" cache une histoire touchante, avec des personnages littéralement secoués par un tourbillon d'émotions musicales. Parfois un peu balourd, mais suffisamment original pour être efficace.

Lost in Harmony, un jeu de rythme qui n'est pas ce qu'il semble être
Lost in Harmony, un jeu de rythme qui n'est pas ce qu'il semble être © Digixart

Un sacré melting-pot, ce jeu. Lors de la première partie, on est un peu déstabilisé par le mélange d'ingrédients divers et (presque trop) variés : c'est à la fois un "runner" (ces jeux où le personnage avance tout seul et doit éviter des obstacles), un jeu musical, un jeu narratif avec une histoire dramatique à dérouler, le tout saupoudré de musiques qui, d'une seconde à l'autre, semblent bondir au hasard de l'électro au classique en passant par le RnB ou le rock. Déstabilisant, on vous dit.

Ce qui rend Lost in Harmony si sympathique, c'est sans doute la beauté de son pari de départ. Le jeu ambitionne de raconter une histoire dramatique (celle de deux adolescents amoureux que la maladie va inexorablement séparer) d'une manière inédite, voire casse-gueule : en faire un jeu d'action.

Les yeux qui piquent

Tout n'est pas parfait dans ce cocktail. À trop vouloir mélanger les genres, la jouabilité est un peu bancale, et il lui manque la précision nécessaire à obtenir un bon jeu de rythme (comme Voez, par exemple, petit bijou du genre sur les mêmes plateformes). Certes, cela ne le rend pas difficile pour autant, puisque les erreurs (quasi inévitables) n'ont que peu de conséquences sur le déroulé du parcours, mais cela rend parfois les niveaux un peu frustrants.

Et pourtant... Une fois lancé, on a du mal à ne pas enchaîner les séquences de jeu pour savoir ce qui va arriver à Aya et Kaito, les deux personnages principaux. Cela tient à une narration assez talentueuse, qui distille au compte-goutte les informations concrètes sur ce qui leur arrive (on ne voit que les échanges entre les deux sur l'écran du téléphone de Kaito), tout en faisant vivre de manière assez inédite, à travers l'expérience de jeu, les sentiments qui agitent le jeune garçon.

Chaque "rêve" (le nom des niveaux) est une fuite en avant, où les protagonistes sont bousculés par les évènements, par la maladie, par les émotions qui montent crescendo avec la bande-son. L'allégorie est un peu facile, certes, mais elle fonctionne parfaitement : arriver au bout de l'histoire de Kaito et Aya risque de vous irriter un peu les yeux. Pari gagné.

LOST IN HARMONY - Disponible sur PC, Switch, Android et iOS

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.