"Et toi, que ferais-tu si tu gagnais au Loto ?" Qui n'a pas déjà eu cette discussion ? Dominique Desjeux était dans la Bande Originale pour évoquer le destin des gagnants du loto.

Ticket de Loto / FDJ
Ticket de Loto / FDJ © AFP / Thomas Samson

Récemment, une américaine a remporté 600 millions d'euros à la loterie... De quoi ranimer, lors de discussions entre amis, collègues ou en famille la fameuse question du Que ferions-nous si nous remportions le gros lot ? Notre vie en serait bien évidemment chamboulée même si certains l'assurent : "Non, je ne changerai rien à ma vie."

Dominique Desjeux, ça ne s'invente pas, venait ce matin sur la plateau de la Bande originale pour aborder le sujet et expliquer que la vie des gagnants n'est pas un long fleuve tranquille. Anthropologue et sociologue, il se base sur les travaux de ses collègues, les Pinçon-Charlot auteurs des "Millionnaires de la chance" aux éditions Payot.

Est ce que ça fait peur de gagner ?

Les joueurs n'ont pas peur de gagner. Mais la situation change une fois qu'ils ont gagné. Vous êtes devant votre écran, vous vous apprêtez à vérifier vos numéros. Vous tenez votre ticket. Il est resté dans votre poche toute la journée, vous permettant l'espace de quelques heures d'être un potentiel millionnaire. Vous êtes partagé entre espoir et résignation, vous découvrez qu'un chiffre est bon, puis un autre, et un autre... Votre cœur bat plus vite. Vous êtes peut-être même à la limite du malaise. Vous êtes à la tête de 168 millions d'euros. Voilà un moment qui doit donner le vertige... Tous vos soucis d'argent sont derrière vous. D'autres vous attendent malheureusement.

Quand vous gagnez, vous êtes partagé entre l'envie de partager votre joie et la peur de voir une meute de parasites s'agripper à vous. Ainsi, vous commencer à vous méfiez de vos proches, de vos nouveaux amis, du banquier et du FISC... même si vous n'aviez pas attendu de gagner au loto pour vous méfier des deux derniers. Ainsi, pendant plusieurs jours, les gagnants gardent le silence. Et une fois le chèque en poche, ils se remettent à parler.

Dis-moi d'où tu viens, je te dirai comment tu gagnes

Le loto reste une activité inter-classe, inter-générationnelle mais on ne sait pas si elle est inter-culturelle contrairement au PMU. Il est difficile à prouver scientifiquement l'influence de votre origine sociale sur votre réaction. Néanmoins, on remarque deux choses :

Si vous êtes d'origine populaire, il y a des chances que vous ne sentiez pas très légitime. Votre identité peut-être fortement lié à votre travail, si vous avez la chance d'en avoir un, et cette nouvelle situation peut vous faire culpabiliser.

Si vous êtes d'origine bourgeoise, en revanche, il est possible que vous soyez plus rôdé à gérer vos finances en gardant la tête froide. Mais alors me direz-vous, même les riches jouent au loto ? Et bien oui, car cela répond à un besoin de ressentir l'excitation, le grand frisson au même titre que faire de la chute libre...

Que font les gagnants avec leur argent ?

Le premier réflexe serait de quitter son emploi, mais comme beaucoup se sentent liés fortement à leur fonction professionnelle, le processus de décision se complique fortement. D'une façon générale, l'argent est utilisé pour la maison, la voiture et puis les voyages. Ce sont les trois piliers stéréotypés qui correspondent au besoin de renforcer le cocon familial, le foyer mais aussi l’exotisme. Pourtant, il arrive que certains gagnants ne garde qu'une partie de leur gains, comme ce joueur qui reversa 50 millions d'euros à des associations.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.