La série Lupin diffusée par Netflix a remis au goût du jour le héros de Maurice Leblanc. L'occasion de se pencher sur d'autres récits qui ont pour héros des voleurs : films, livres et BD, voici quelques pépites à dévorer pendant le couvre-feu et après.

Les voleurs inspirent !
Les voleurs inspirent ! © Getty / krisanapong detraphiphat

Depuis toujours les voleurs fascinent

Il y a le voleur déjouant avec panache tous les systèmes de protections des banques, des musées ou des riches demeures et dont la geste audacieuse impressionne. Et puis le voleur de rue ou de boutique, détrousseur par nécessité ou par vice. Il y a le voleur solitaire et ceux qui officient en bande… Les motivations et les modes opératoires sont multiples, mais tous suscitent notre curiosité, voire notre admiration ou notre compassion.

Rien d'étonnant alors si ces derniers sont très présents sur la toile et dans la littérature. Le voleur est aussi parfois celui qui s'attaque à l'ordre bourgeois pour redistribuer les cartes, il devient alors un justicier en révolte contre les inégalités, comme le légendaire Robin des Bois, défenseur des pauvres et des opprimés. Bien sûr, derrière la figure romanesque du voleur, il y a plus près du réel, la triste expérience de la victime et pour son auteur, le risque d'être pris ou de ne pas en sortir indemne.

C'est ce qui arriva au mythique couple Bonnie Parker and Clyde Barrow, immortalisé par Arthur Penn (1967) et magnifiquement incarné par Faye Dunaway et Warren Beatty.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un métier, un art, une passion, un vice, un geste politique ?   

Quand les voleurs tiennent le premier rôle : une sélection d'ouvrages et de films à découvrir :   

  • Le pickpocket de Robert Bresson (1959) 

Cinéaste au style dépouillé et à l'influence majeure, Robert Bresson (1907-1999) raconte "L'histoire d'un homme qui aimait voler et sacrifiait tout à sa passion… " Il analyse le mode opératoire et les motivations secrètes d'un voleur compulsif, devenu expert du genre… 

Par nécessité ? Par goût du risque, par paresse ? Qu'est-ce qui pousse un pickpocket à exercer ses larcins ? 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Comme dans le film de Robert Bresson, c'est la manie incurable du vol qui est au cœur de ce livre. Son héroïne, épouse de ministre et cleptomane, vole pour le frisson. Elle ne peut réprimer cette pulsion devenue une véritable drogue et un remède à l'ennui. L'auteure analyse avec force détails la psyché de son personnage et les émotions qui la traversent dans l'exercice de son art.

Ce qu'elle ressentait, c'était un plaisir épatant. L'excitation du danger, la jouissance du passage à l'acte. Le flash d'adrénaline, comme un éclair d'orage dans un ciel plombé. Une petite zébrure là-haut dans les circonvolutions de ses architectures neuronales. Cinglante. Voluptueuse. Un orgasme cérébral…

  • Le voleur de Louis Malle (1966)  

Vous faites plus de mal à un rentier en lui fracturant son coffre-fort qu'en lui perçant le ventre

D'après le roman Le Voleur de Georges Darien (1884), adapté par Jean-Claude Carrière avec Jean-Paul Belmondo dans le rôle principal. Le film raconte la vie de Georges Randal devenu voleur par vengeance, puis par conviction. "Aucun de mes héros de film ne m’aura été plus proche." dira Louis Malle.

Il y a des voleurs qui remettent tout en ordre dans les maisons qu'ils visitent. Moi, jamais. Je fais un sale métier, c'est vrai ; mais j'ai une excuse : je le fais salement. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

  • Alexandre Marius Jacob, l'anarchiste cambrioleur qui inspira Lupin

Si Alexandre Marius Jacob vient du peuple à la différence de son double fictionnel, il partage avec ce dernier quelques points communs. Comme lui, il se distingue par son imagination et ses ruses, comme lui, il signe ses larcins d'un pseudonyme et se déguise pour tromper ses victimes.  Mais les ressemblances s'arrêtent là. Alexandre Jacob, ce personnage haut en couleur de la Belle époque cambriolait les riches mais ne gardait rien pour lui. Il a revendiqué 150 casses avec son organisation Les travailleurs de la nuit sans jamais vivre luxueusement. Le vol était à ses yeux un métier, et il se vivait comme un ouvrier. Il fera de son procès, en 1904, une tribune pour ses idées révolutionnaires et laissera derrière lui des écrits théorisant son art.  

Extrait de Pourquoi j'ai cambriolé Alexandre Jacob (1905)

Plus un homme travaille, moins il gagne ; moins il produit, plus il bénéficie. Le mérite n’est donc pas considéré. Les audacieux seuls s’emparent du pouvoir et s’empressent de légaliser leurs rapines. Du haut en bas de l’échelle sociale tout n’est que friponnerie d’une part et idiotie de l’autre. Comment voulez-vous que, pénétré de ces vérités, j’aie respecté un tel état de choses ?

Deux albums dédiés à Alexandre Jacob, un voleur au destin hors norme
Deux albums dédiés à Alexandre Jacob, un voleur au destin hors norme / Sarbacane/ Rue de Sèvres

Deux bandes-dessinées racontent le destin de ce personnage hors-norme : Le travailleur de la nuit paru aux éditions Rue de Sèvres  et Alexandre Jacob aux éditions Sarbacane.

Enfin après avoir découvert cet illustre personnage, on peut évidemment partir à la rencontre des 27 romans relatant les aventures du personnage imaginé par Maurice Leblanc entre 1907 et 1937 : Arsène Lupin. 

Ce téléfilm réalisé en 1999 s'inspire d'un fait judiciaire réel. L'histoire d'une mère de famille jugée pour avoir volée de la viande. Tout d'abord relaxée, considérant qu'il s'agissait là d'un "vol par nécessité", elle fût finalement condamnée en appel et l'histoire défraya la chronique. C'est la comédienne Dominique Blanc qui incarne son double fictionnel.

Et pour retomber en enfance : 

  • Robin des bois et sa bande, dépouillant le prince Jean, honteusement enrichi sur le dos de son peuple. Extrait du film d'animation de Disney (1973)
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

La plupart du temps, les voleurs puisent dans leur esprit alerte les ruses qui leur servent à duper leurs victimes. Cependant, il est une exception notable… quatre voleurs récidivistes, doués pour faire sauter les coffres… et se faire illico pincer !

Les Dalton, irrécupérables  récidivistes malchanceux !
Les Dalton, irrécupérables récidivistes malchanceux ! © AFP / Belvision Dargaud film Christophel

Aller plus loin  

🎧 ECOUTER  La chronique de Benoit Lagane : Le voleur dans les séries 

🎧 ECOUTER Une vie une œuvre Maurice Leblanc sur France Culture 

🎧 ECOUTER  Alexandre Jacob cambrioleur et justicier (Les Odyssées) 

🎧 ECOUTER: Autant en emporte l'histoire : Marius Jacob

🎧 ECOUTER 4 épisodes de LSD consacrés aux voleurs 

📖 LIRE   La série Netflix remet Lupin à la mode 

📖 LIRE  Arsène Lupin, gentleman cambrioleur Ed. Folio Gallimard 

📖 LIRE  Alexandre Marius Jacob voleur et anarchiste de Jean-Marc Delpech  

📖 LIRE   Le Voleur de Georges Darien (1884)

👀 VOIR Pickpocket de Robert Bresson

👀 VOIR Le voleur de Louis Malle

Thèmes associés