Le 1er mars 1987, Métropole Télévision débarquait sur les écrans. Trente ans plus tard, M6, “la petite chaîne qui monte” a déjà laissé sa patte dans le paysage télévisuel français.

Le logo de M6 sur le siège de la chaîne, à Neuilly-sur-Seine
Le logo de M6 sur le siège de la chaîne, à Neuilly-sur-Seine © AFP / SERGE ATTAL / ONLY FRANCE

Le 1er mars 1987, sur la sixième chaîne de télévision française, un nouveau générique apparaît sous les yeux des téléspectateurs. Un 6 rouge sur un M gris, et ce nom, "Métropole Télévision". Après une intervention du président de la chaîne, Jean Drucker, Georges Lang et Charlotte Sciandre lancent les programmes de ce qu'ils appellent "une nouvelle manière de faire de la télévision". Bâtie sur les ruines de la chaîne musicale TV6, disparue quelques semaines plus tôt, M6, qui appartient au groupe RTL, n'est pas une chaîne généraliste à proprement parler, car elle doit remplir des obligations de diffusion de musique (au moins 30%) comme sa prédécesseuse TV6.

Les ambitions initiales de M6 ne durent pas six mois. A la rentrée de septembre 1987, une grande partie des émissions s'arrêtent. La chaîne mise sur une contre-programmation, change de logo, diffuse beaucoup de clips, remplace son JT par un journal "tout en images", et met à l'antenne de nouveaux magazines. Rapidement les premiers effets se font sentir, et la chaîne devient rapidement "la petite chaîne qui monte, qui monte" dans ses pubs.

Trente ans après, “la petite chaîne qui monte” a-t-elle grandi avec ses téléspectateurs ? La chaîne est l'une des rares à n'avoir que très peu changé d'équipe dirigeante : Nicolas de Tavernost, présent dès les débuts de la chaîne, assure encore aujourd'hui la continuité au poste de PDG. Très tournée vers la jeunesse à ses débuts, avec des émissions consacrées à la musique et des formats télévisuels innovants, elle s’est aujourd’hui “posée”, proposant des rendez-vous plus fédérateurs et des tranches horaires "style de vie" plutôt adressées aux fameuses ménagères de moins de cinquante ans. Mais pendant tout ce temps, elle a laissé de nombreux programmes cultes dans la mémoire des téléspectateurs.

Loft Story (2001-2002)

C’est l’émission par laquelle la télé-réalité est arrivée en France : le 26 avril 2001, onze jeunes femmes et hommes, tous célibataires, entrent dans un studio de télévision redécoré en loft, pour y vivre sous l’oeil des caméras de télévision pendant plus de deux mois. A l’époque, Loft Story a déclenché un véritable phénomène de société, entraînant manifestations, débats à l’Assemblée nationale et Loft-mania, le tout enflammé par les aventures de Loana et Jean-Edouard dans la piscine.

Caméra Café (2001-2003)

Pendant que sur le service public Alexandra Lamy et Jean Dujardin s’écharpaient dans “Un gars, une fille”, sur M6 Bruno Solo, Yvan Le Bolloc’h et tous leurs collègues de travail faisaient de la machine à café de leur entreprise un lieu de comédie devenu culte. Avec cette série, M6 a contribué à l’émergence des formats courts de séries TV (suivi ensuite par Kaamelot ou Scènes de Ménage).

La trilogie du samedi (1997-2008)

Buffy contre les vampires, X-files, Charmed, Roswell : qui a été ado à la fin des années 90 se souvient de l’angoissant générique de cette tranche horaire dédiée aux séries à suspense, fantastiques ou de science-fiction, avec trois séries diffusées à la suite. Une exposition qui a ouvert la porte aux séries américaines des années 2000, “Prison Break” en tête.

Jazz 6 (1987-2003) et RapLine (1990-1993)

A sa création, M6 était contrainte de consacrer au moins 30% de sa programmation à la musique. Les premières années de la chaîne ont donc vu se développer, en plus des diffusions de clips, de nombreuses émissions musicales. Parmi les plus singulières, Jazz 6 (de 1987 à 2001) et RapLine de 1990 à 1993) furent les premières à évoquer exclusivement les genres du jazz et des musiques urbaines - et jamais égalées depuis.

Hit Machine (1994 - 2009)

Quiconque est né entre 1985 et 1995 a vu au moins une fois dans sa vie le Hit Machine de Charly Nestor et Jean-Marc Lubin, plus connus sous le nom de Charly et Lulu. Les deux animateurs rafraîchissent le concept du top 50 avec un vrai divertissement et surtout des prestations des vedettes du moment sur scène. Le duo a tenu l’émission pendant 13 ans, jusqu’à 2009 où l’émission a disparu des ondes, faute d’audience.

Capital (depuis 1988) et Zone Interdite (depuis 1993)

Face aux films mastodontes du dimanche soir, M6 joue la carte de la contre-programmation avec des magazines. Emmanuel Chain d’un côté et Patrick de Carolis de l’autre créent des cases dédiées au décryptage de l’économie et de sa place dans la vie quotidienne, et aux grands reportages d’actualité. Et le saviez vous ? Le générique de Zone Interdite a été composé par Michel Jonasz !

Culture Pub (1987-2005)

“Notre film érotique marche tellement bien qu’on a mis 30 minutes de pub avant” : dans les années 90 et jusqu’au début des années 2000 les dimanches soirs de M6 se terminaient par un film érotique… mais avant cela, un OVNI télévisuel. En une demi-heure, Christian Blachas (décédé en 2012) avec Anne Magnien puis Thomas Hervé, Faustine Bollaert et Audrey Dana, décryptait les codes de la publicité et de la communication, mêlant l’aspect business et la création dans cette émission recréée ensuite sur NT1 et BFM Business reste historiquement attachée à M6.

E=M6 (depuis 1991)

Incontestablement la paire de lunettes la plus colorée du PAF : en 1991, à même pas 30 ans, Olivier Lesgourgues, ingénieur agronome de formation, prend les commandes d’une émission de vulgarisation scientifique, sous le nom de Mac Lesggy. Un programme de début de soirée au succès jamais démenti, décliné plusieurs fois en “prime time”

Le 6 minutes (1987 - 2009)

Comment ? Faire un journal d’information sans présentateur ? Et en six minutes ? Lorsque le premier Six minutes est diffusé le 31 août 1987, ce format court tout en images est inédit en France. Un choix de contre-programmation qui fait suite à l’échec d’audience des premiers JT traditionnels de la chaîne. Le succès de cette édition est d’autant plus fort que la diffusion a lieu à 19h54… six minutes avant les 20h des grandes chaînes.

Le Morning Live (2000-2003)

L’ÉMISSION QUI RÉVEILLE TES… VOISINS ! Entre 2000 et 2002, Michael Youn anime les matins de M6 mégaphone à la main, en hurlant le slogan de l’émission partout dans les rues. Cette séquence (“La boîte à images”) est la plus connue de l’émission mais pas la seule : la petite équipe de l’émission s’est aussi fait remarquer par de nombreuses parodies… dont les fameux Bratisla Boys qui ont poussé le gag jusqu’à placer la chanson “Stach Stach” en tête des ventes de disques. Les deux dernières saisons sont plus compliquées pour l'émission, qui finit par disparaître de l'antenne.

Super Nanny (2004-2010)

Khaltoum Sarraï, alias Cathy, a traumatisé des centaines d’enfants dans ce programme qui fut l’un des initiateurs de la vague “Style de vie” qui a déferlé sur M6 à partir du début des années 2000. Inspirée d’un concept anglais, cette émission met en vedette une éducatrice confrontée à des enfants difficiles. L’émission s’est arrêtée après sept saisons, à la mort de Cathy en 2010. Elle a depuis été reprise sur NT1 et TF1, pendant que sur M6 les émissions de coaching ont concerné successivement les chiens, le ménage ou les restaurants.

D&Co (depuis 2006)

L’autre pilier des émissions “art de vivre” sur lesquelles mise M6 depuis plus d’une dizaine d’années. Avec cette émission, la chaîne propose à ses téléspectateurs de suivre les aventures d’une équipe de décorateurs, emmenée par Valérie Damidot (puis Sophie Ferjani) pour changer l’intérieur de leur maison. Succès d’audience, l’émission vous apprend comment maroufler vos tapisseries. La manne immobilière a depuis été largement été exploitée par M6, avec les émissions de Stéphane Plaza (Maison à vendre, Chasseurs d’appart) notamment.

Turbo (depuis 1987)

La plus vieille émission de M6, et aussi l’une des plus cultes. Depuis la création de la chaîne en 1987, Dominique Chapatte s’intéresse tous les dimanches à l’actualité de l’automobile. Mais le saviez-vous ? A ses débuts, Turbo s’intéressait à tous les moteurs : il y était aussi question de sous-marins et d’avions !

Graines de Star (1996 - 2003)

Avant “La France a un incroyable talent”, avant “Nouvelle Star”, avant même que TF1 lance sa “Star Academy”, M6 s’était déjà lancée dans le dénichage de jeunes talents avec l’émission “Graines de Star” de Laurent Boyer. Un programme où c’est déjà le public qui vote pour son candidat favori. Plusieurs jeunes talents ont fait leurs preuves par la suite, dont Alizée, Jean Dujardin ou Jérôme Commandeur.

Une ambition intime (2016)

Le dernier coup d’éclat en date de M6 : une émission politique qui ne parle pas de politique. Dans un appartement transformé en studio télé, Karine Le Marchand reçoit tous les candidats à la présidentielle, de gauche comme de droite, pour une interview sur leur facette plus intime, leur vie privée. La diffusion des premiers numéros de l’émission, avec notamment Marine Le Pen, a fait couler beaucoup d’encre.

Bonus : les génériques cultes de la chaîne

Si les programmes de M6 ont marqué les esprits, c'est aussi le cas des jingles pub de la chaîne, diffusés de 1989 à 2003 (une longévité exceptionnelle pour un habillage télévisé). Imaginés par Etienne Robial (le créateur du logo de Canal + également), ces jingles minimalistes jouent exclusivement avec le M et le 6 du logo, mis en couleurs et en rythme en fonction de la bande sonore. Inoubliables.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.