La troupe américaine créée par Judith Malina et Julian Beck en 1947 a apporté en 1968 une vraie rupture sur la scène française. Son théâtre engagé et politisé a dépoussiéré le vieux théâtre français, créant des émeutes lors de la 22e édition du Festival d'Avignon.

La troupe du Living Theater de Julian Beck et Judith Malina (à gauche), répète une scène de "Paradise Now", le 16 juillet 1968 à Avignon.
La troupe du Living Theater de Julian Beck et Judith Malina (à gauche), répète une scène de "Paradise Now", le 16 juillet 1968 à Avignon. © AFP

Judith Malina et Julian Beck se sont faits connaître en France au début des années 1960, invités par le jeune metteur en scène Daniel Zerki, un ami de Samuel Beckett. Leur théâtre expérimental et libertaire est fortement influencé par Antonin Artaud.

Aux États-Unis, dans un contexte politique marqué par la guerre du Vietnam, le discours du Living Theatre se veut volontairement anarchiste et pacifiste. En France, à cette époque, le théâtre est toujours traversé par les grands auteurs et les grands textes du repertoire. La radicalité de la troupe américaine, utilisant à forte dose le nu sur scène, et la rencontre de l'écriture d'Artaud fabriquent une forme théâtrale explosive.

Le Living est expulsé de son théâtre à New York à la suite de la représentation du spectacle The Brig sur l'univers carcéral. C'est en Europe que la troupe s’oriente vers la performance et le happening.

1 min

"Paradise Now est un spectacle culte" : Le reportage de Stéphane Capron

Par Stéphane Capron

De New York à Avignon

Au beau milieu de l'été 1968, loin du vacarme des événements parisiens, le Living Theatre fait sensation à Avignon en présentant au Cloître des Célestins Antigone, sur un texte de Brecht, et deux créations de a troupe, Small Mysteries et Paradise Now. Jean Vilar, le créateur du Festival, homme érudit, amateur des beaux textes et fin observateur de la société, n'avait pas hésité à programmer la compagnie dans sa 22e édition, bien avant que les événements ne se déclenchent. Une initiative courageuse qui se retournera contre lui. 

Lors de la représentation de Paradise Now, le 24 juillet, Julian Beck incite le théâtre à "sortir de sa prison" pour déboucher dans la rue. À la suite du spectacle, un défilé se poursuit dans les rues d'Avignon, aux cris de "le théâtre est dans la rue". Le lendemain, le maire, Henri Duffaut, décide de demander au Living de remplacer Paradise Now par une des deux autres pièces de son répertoire.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.