Couverture de Variations d'Orsay
Couverture de Variations d'Orsay © Futuropolis / Manuele Fior

Le dessinateur Manuele Fior livre dans "Variations d'Orsay" sa vision du musée parisien. Un voyage graphique et onirique entre les époques.

Le même musée, mais une toute autre vision. Après le Moderne Olympia de Catherine Meurisse, les éditions Futuropolis ont donné carte blanche à Manuele Fior (auteur de 5000 kilomètrespar seconde , Fauve d’Or en 2011 à Angoulème, et de L’entrevue, récit étrange en noir et blanc) pour croquer le Musée d’Orsay en BD.

Pendant deux ans, le dessinateur italien s’est promené dans ses allées avec ses tubes de gouaches à la main. Ses déambulations ont inspiré Variations d’Orsay, un ouvrage plus proche de la peinture que du dessin classique de BD.

Manuele Fior
Manuele Fior © radio-france / AD/France Inter

Le musée, le préféré de Manuele Fior puisqu’il présente l’époque de la peinture qui précède l’invention de la bande dessinée, est ici magnifié. On y croise Degas, Ingres, Pissaro, et les impressionnistes mais aussi une gardienne du musée, des visiteurs et... le dessinateur lui-même qui se met en scène, audioguide à l’oreille, à la façon d’un caméo hitchcokien.

On navigue entre les époques : l’exposition universelle de 1900, le XIXe siècle, mais aussi aujourd’hui… Loin du burlesque de Moderne Olympia , Manuele Fior livre un ouvrage surtout graphique où l’intrigue joue un rôle secondaire. Et pour cause, dans le travail du créateur italien, le dessin précède l’histoire.

Manuele Fior :

J'ai voulu hypnotiser le lecteur à la manière des Mille et une nuits

Commentaire de la page 13 par Manuel Fior

C'est le premier glissement dans le rêve de la gardienne de musée. J'ai vu des images de Paris innondé, c'est ce qui m'a donné l'idée.

Les variations d'Orsay page 13
Les variations d'Orsay page 13 © Futuropolis / Manuele Fior

Les variations d’Orsay de Manuel Fior sont parues chez Futuropolis

L’exposition :

Exposition Manuele Fior Galerie Martel
Exposition Manuele Fior Galerie Martel © Galerie Martel / Isabelle Lemercier

Jusqu’au 7 novembre à Paris, à la Galerie Martel dans le Xe arrondissement, Manuele Fior expose ses planches des Variations d’Orsay et ses illustrations de poèmes publiées dans La Repubblica à l’aquarelle, au fusain et à l’huile.

Manuele Fior a commenté pour Franceinter.fr le tableau ci-dessous qui illustrait La Ballade des pendus de François Villon :

Comme le poète se moquait de sa propre mort, j'ai imaginé l'une des fins possible

Tableau François Villon
Tableau François Villon © La Stampa/Galerie Martel / Manuele Fior
Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.