Milton Greene, Bert Stern, André de Dienes et Sam Shaw... Outre le fait que ce soit de grands photographes, ils ont un point commun : tous ont photographié Marilyn Monroe. Leur clichés, dont certains inédits, sont réunis dans une exposition à la galerie Joseph à Paris.

Marilyn Monroe lors du tournage du film "7 ans de réflexion" à New York, 1954
Marilyn Monroe lors du tournage du film "7 ans de réflexion" à New York, 1954 © Sam Shaw Inc., courtesy Shaw Family Archives, Ltd.

Marilyn s’est trouvée propulsée au rang de star à l’époque du magazine illustré, aidée en cela par des photographes. Si les articles contribuèrent à la promouvoir, c’est aux photos qu’elle doit son image. Eve Arnold, seule femme à l'avoir photographié, notamment sur le tournage des Misfits disait :

La photographie était pour elle ce que l’eau est à un poisson : l’élément où elle exultait.

Au cours de ses dix-sept années de carrière, elle a été photographiée par des photographes de plateau, par des photographes de presse, par des grands noms de la photo, par des photographes amateurs… Mais une poignée seulement a réussi à approcher au plus près la femme derrière le mythe.

Focus sur les quatre dont on peut voir le travail dans l'exposition Divine Marilyn (galerie Joseph à Paris).

André de Dienes, le premier

André de Dienes, homme au destin rocambolesque, a été l'ami de Norma Jeane Baker plus longtemps que l'amant de Marilyn Monroe. Il prit néanmoins le temps de la photographier sous les deux casquettes.

Ils se rencontrent en novembre 1945. Norma Jean Dougherty n’est alors qu’une apprentie mannequin. Dienes tombe immédiatement amoureux. Ensembles, ils aiment partir à l’aventure sur les routes de l’Ouest. André photographie ainsi Norma Jean dans tous les cadres naturels possibles. Il rassemble vite un impressionnant portfolio de clichés qui aideront Norma Jean à lancer sa carrière de mannequin, puis d’actrice.

Marilyn Monroe par André de Dienes
Marilyn Monroe par André de Dienes / Courtesy Staley-Wise Gallery, New York

Dienes est l’un des rares à avoir assisté à la transformation de Norma Jean en Marilyn. C’est devant l’objectif d’André qu’elle a appris son métier. Des décennies plus tard, ces clichés sont révélateurs et rafraîchissants, laissant entrevoir une spontanéité et une sincérité et, parfois, une face plus sombre, plus proche de la vraie Marilyn.

André de Dienes a eu l’occasion de photographier Marilyn Monroe à plusieurs reprises, une fois le succès venu, mais il s’est aussi souvent retenu, estimant qu’elle était déjà suffisamment exploitée par son entourage.

Sam Shaw, l'ami

"La jupe en corolle" de Marilyn dans Sept ans de réflexion, c’est lui.

En 1941, Sam Shaw avait photographié des marins avec leurs petites amies au steeple-chase de Coney Island (New York City) pour le magazine Friday. La couverture montrait une des filles, la jupe soulevée par un coup de vent. Shaw suggéra de reproduire cette image dans Sept ans de réflexion.

Photographe installé à New York, la Fox lui demande souvent de faire des photos publicitaires. Il a ainsi fait de nombreux clichés célèbres de Marilyn, mais c’est grâce à ses liens d’amitié qu’il a pu prendre la star dans l’intimité. Il est présent notamment le 7 janvier 1955 lorsque Marilyn annonce à la presse la création des "Marilyn Monroe Productions". 

Marilyn Monroe et Arthur Miller devant le Queensboro Bridge, à New York, 1957
Marilyn Monroe et Arthur Miller devant le Queensboro Bridge, à New York, 1957 / Sam Shaw Inc., courtesy Shaw Family Archives, Ltd.

C'est également lui qui, après avoir rendu visite à Marilyn à l'hôpital, à la fin de l'été 1957, conseille à Arthur Miller de faire de sa nouvelle "The Misfits" un long métrage, spécialement pour Marilyn. Il convainc Miller que ce serait le moyen idéal de prouver que Marilyn était une actrice dramatique de talent. 

Milton Greene, l'âme sœur

Milton Greene et Marilyn se rencontrent pour la première fois en 1949, mais deviennent ami en 1953. 

En septembre de cette année-là, le magazine Look demande à Greene de photographier Marilyn. Et c'est avec une balalaïka qu'elle pose pour la première fois devant son objectif. Lors de cette même séance, elle pose nue sous un manteau de laine appartenant à Amy Green, la femme de Milton. Mais cette série, jugée trop osée pour l’époque ne sera publiée que dans les années 1970.

La première photo de Marilyn par Milton Greene
La première photo de Marilyn par Milton Greene / Photographed by Milton H. Greene © 2019 Joshua Greene / www.archiveimages.com

C'est le début entre le photographe et son modèle d'une grande amitié, de laquelle naîtront des milliers de photographies, une maison de production et de nombreux projets.

À sa mort en 1985, Milton Greene laisse trois cent mille photos persuadé qu’elles sont en train de s’effacer. En 1993 son fils Joshua créé The Archives et se consacre entièrement à la restauration digitale afin de sauver la collection de son père.

Bert Stern : l’ultime séance, ou presque

Bert Stern croise Marilyn pour la première fois à New York, en 1955, lors d’une fête donnée en l’honneur de l’Actors’ Studio. À l’époque, c'est un jeune photographe qui commence à se faire un nom.

Elle était là et attirait tous les regards. Tous les hommes l’entouraient, toute la lumière de la pièce semblait concentrée sur elle. Ou bien peut-être irradiait-elle la lumière ? 

En 1962, les choses sont bien différentes. Bert Stern est devenu photographe pour Vogue. Le 23 juin, dans la suite 261 de l’Hôtel Bel Air, à LA, commence une série de 5 séances. 2500 clichés seront réalisés dont seulement 8 seront retenues par Vogue.

La totalité des photos paraîtra en Allemagne en 1982 sous la forme d’un livre intitulé : Bert Stern, Marilyn Monroe. The Last Sitting

Baby, The last sitting, 1962
Baby, The last sitting, 1962 / Bert Stern Estate/ Staley-Wise Gallery, New York/ Courtesy Galerie Dina Vierny,

Pour la petite histoire, il ne s'agit pas comme le dit Bert Stern de la dernière séance de Marilyn. George Barris a photographié l'actrice, notamment sur la plage à Santa Monica (les 29, 30 juin et 1er juillet) et dans la maison d’un ami, au nord d’Hollywood. George Barris a donc réalisé quelques-unes des dernières photos de la star, mais n'a autorisé leur publication que plusieurs années après sa mort.

Divine Marilyn : l'exposition

Outre les photos évoquées ci-dessus, l'expo s'ouvre sur Norma Jeane Baker avant la métamorphose. Des photos d'enfance et d'adolescence, mais aussi de ses premiers pas de modèle, lorsqu'elle adoptait les poses suggestives et stéréotypées de la pin-up. Vous découvrirez de nombreuses couvertures de magazines, des coupures de presse et des affiches de ses films.

Divine Marilyn - jusqu'au 22 septembre - Galerie Joseph Turenne

En complément de l’exposition la Galerie Joseph présente Update Marilyn, un parcours qui a pour but de déconstruire le mythe de la blonde évanescente pour faire émerger celui de la femme singulière qu’est Marilyn Monroe au travers d’une installation digitale, d’une pièce de théâtre et d’une série fiction : Certains l’aiment froid.

Aller + loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.