L'écrivain breton, promoteur d'une littérature "aventureuse" et "ouverte sur le monde", est décédé ce samedi à l'âge de 77 ans.

Michel Le Bris en 2015, à Saint-Malo
Michel Le Bris en 2015, à Saint-Malo © Maxppp / PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Il est des vies dans lesquelles on lirait bien la trame d'un roman. Celle de Michel Le Bris, mort dans la nuit de vendredi à samedi à l'âge de 77 ans, en fait partie. Fondateur du festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo, Michel Lebris a, toute sa vie, jonglé avec les casquettes : écrivain, éditeur, producteur, après avoir été militant d'extrême gauche et journaliste.

"Je suis né du combat entre terre et mer", aimait-il dire. Michel Le Bris naît en 1944, à Plougasnou (Finistère), "à 20 mètres de la mer". Une enfance au sein d'une famille modeste, bercée par les histoires de marins. Dès le collège, il ressent sa vocation d'écrivain. Ses études le mènent pourtant à HEC, dont il est diplômé en 1967. Happé par le bouillonnement de Mai-68, il rejoint l'organisation Gauche prolétarienne et prend la tête du journal La Cause du peuple. Il est incarcéré pendant huit mois à la prison de la Santé pour "délit d'opinion". Avec Jean-Paul Sartre, il fait également partie des cofondateurs du journal Libération, en 1973. 

Une "littérature voyageuse, aventureuse et ouverte sur le monde"

Passionné de piraterie, de free jazz et de romantisme allemand, spécialiste de Stevenson, Michel Le Bris écrit notamment "L'Homme aux semelles de vent" (1977) ou encore "La beauté du monde", finaliste du prix Goncourt en 2008. Il promeut une "littérature voyageuse, aventureuse, ouverte sur le monde, soucieuse de le dire". Ainsi, éditeur chez Payot, il fait découvrir les voyageurs Nicolas Bouvier et Ella Maillart ou encore l'océanographe Anita Conti.

La création en 1990 du Festival Étonnants Voyageurs (dont le nom est puisé dans un poème de Baudelaire) se veut une riposte à une "certaine littérature française" repliée sur elle-même : "Je voulais encercler le VIe arrondissement par le reste du monde, à Saint-Malo, pendant trois jours", explique-t-il. Le festival deviendra le rassemblement de lecteurs le plus important de l'hexagone, après le Salon du Livre de Paris. En parallèle de Saint-Malo, d'autres éditions spécifiques ont vu le jour, à Bamako, Brazzaville, Port-au-Prince ou encore Sarajevo. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix