Après jardin confiné et jardin déconfiné, voici le jardin reconfiné, avec ses épisodes qui parlent d’arbres et de plantes, mais aussi du lien puissant que nous avons avec la Nature, pour autant que nous sachions le reconnaître et le cultiver. Alain Baraton, notre jardinier, est notre guide, suivons-le…

La récolte des chrysanthèmes en Chine, d’où cette plante magnifique est originaire
La récolte des chrysanthèmes en Chine, d’où cette plante magnifique est originaire © Getty / Zhao Chunliang / VCG

Dans ce premier épisode, revisitons un peu la chanson française, version… jardin, en compagnie de Jacques Prévert et de Georges Brassens, et osons modifier quelques rimes : les feuilles mortes « ne se ramassent pas à la pelle » et le chrysanthème « n’est pas que la marguerite des morts » !

Les feuilles mortes

Dans sa chronique de fin de semaine, La Main Verte, le jardinier de France Inter, Alain Baraton, nous lançait avec son franc-parler habituel, qu’il désapprouvait les paroles du poème de Jacques Prévert, Les Feuilles Mortes. Bien sûr, il faut comprendre que, si le ramassage des feuilles à la pelle - ou, maintenant, avec un système de soufflerie - est fort utile dans nos villes, pour éviter les glissades ; au jardin, c’est une autre histoire.

Au jardin comme au potager, les feuilles mortes ne sont plus considérées comme un déchet mais au contraire, comme un bienfait, à tel point qu’on parle même de « l’or brun des jardiniers ». En effet, en se décomposant, toutes ces feuilles apportent des matières organiques qui fertilisent le sol et nourrissent les végétaux que vous avez plantés.

Vous pouvez donc répartir les feuilles tombées de vos arbres sur les zones de terre à nu si elles existent, ainsi vous fertiliserez la terre à ces endroits en vue d’un prochain semis. Déposez aussi votre précieux paillis autour des plantes plus fragiles, qui seront ainsi protégées du froid et nourries par le produit de décomposition de cet « or brun » . 

Pour votre potager, choisissez un paillis de feuilles tendres d’aulne, de bouleau, de charme, de frêne, de noisetier, de sureau ou de tilleul. Grâce à l’action des lombrics, des champignons, des collemboles et autres micro-organismes, ces tendres feuilles vont se décomposer rapidement, rendant la terre plus souple et donc plus facile à travailler dans quelques mois. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Certaines feuilles, comme celles du noyer, du chêne ou du laurier-cerise, sont plus coriaces car elles contiennent des tanins ralentissant le processus de décomposition. Vous pouvez alors mettre ces feuilles sèches dans votre compost qui, petit rappel utile, nécessite un équilibre des matières humides et sèches, ainsi que des matériaux variés.

Et puisque nous avons bien compris que les feuilles mortes ne se ramassent pas à la pelle, si on faisait pareil avec les souvenirs et les regrets ? 

Le chrysanthème est un marronnier

Dans sa chronique matinale du dimanche 1er novembre 2020, Alain Baraton nous donne quelques éléments de compréhension au sujet de la fameuse expression journalistique du marronnier : « Un peu d’histoire. Le 10 août 1792, une foule en colère envahit le château des Tuileries, là où se trouve Louis XVI. Les Gardes suisses qui protègent la famille royale sont massacrés, puis rapidement enterrés dans le jardin, au pied d'un marronnier rouge. Cet arbre devient ainsi le témoin de ces événements tragiques. 

Quand, quelques années plus tard, les vétérans de la Grande Armée de Napoléon décident, une fois par an, de se réunir en hommage aux Gardes suisses massacrés, c'est tout naturellement qu’ils choisissent le marronnier et, comme date, le 20 mars. La suite est logique. Les journaux de l'époque accompagnent chaque année les vétérans au pied de l'arbre et les journalistes sont tranquilles, ils savent qu'il existe un sujet d'actualité qu'il convient d'évoquer à date fixe : le marronnier des Tuileries ».

Entrée dans le lexique journalistique, l’expression qualifie tout événement qui revient à date fixe comme la rentrée scolaire, les départs en vacances ou… le chrysanthème, lui aussi ! Voilà pourquoi le titre de la chronique d’Alain Baraton est Le chrysanthème est un marronnier, car notre jardinier continue sur le thème de l’Histoire : 

« Au lendemain de la Première Guerre mondiale, le Président Raymond Poincaré ordonne que soient fleuris tous les monuments érigés à la mémoire des soldats tués sur le front. Mais il est bien difficile, en cette période de l'année, de trouver une plante volumineuse capable d'être cultivée en pot et d'être au maximum de sa floraison, excepté… le chrysanthème. Bien sûr, on utilisait déjà autrefois ces plantes, mais de manière beaucoup plus confidentielle. Après la Guerre de 14-18, la plante devient la fleur des veuves, la fleur des tombes, d'où sa triste réputation ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Originaire d’Asie où il est cultivé depuis deux mille ans, le chrysanthème a été introduit en France vers 1770, mais il faut patienter encore près d’un siècle pour le rencontrer un peu partout. Aujourd’hui, la plante figure parmi les fleurs coupées les plus vendues au monde !

À l'origine, les fleurs du chrysanthème sont jaunes, et l’on retrouve dans l’étymologie du nom cette particularité : khrysós (or, de couleur dorée) - anthêma (inflorescence, fleur). En tout cas, le chrysanthème est incontestablement une plante de toute beauté qui ne mérite pas qu’on la cantonne à sa réputation de fleur des morts. 

Si au Japon, la fleur de chrysanthème est le symbole de la famille impériale, en Chine, elle est symbole de joie, de gaieté et d’éternité. On a coutume de dire que sa fleur est si belle qu'il suffit de la contempler pour être heureux. 

Alors, si vous alliez planter des chrysanthèmes au jardin ?

Pour continuer