Mort mardi à 93 ans, Marc Riboud avait fait de certains de ses clichés des icônes du XXe siècle, comme avec cette "fille à la fleur" manifestant contre la guerre du Vietnam.

La "Fille à la fleur", prise au domicile de Marc Riboud
La "Fille à la fleur", prise au domicile de Marc Riboud © Maxppp / Alexandre Marchi

Son premier cliché, le "Peintre de la Tour Eiffel", vendu au magazine "Life" en 1953, lui avait permis de rejoindre Henri Cartier-Bresson et Robert Capa au sein de la prestigieuse agence Magnum. En 60 ans de carrière, il a exploré le monde entier, ramenant des photos qui ont permis à beaucoup de découvrir ces lieux étrangers.

Pour le photographe Patrick Zachmann, lui aussi à l'agence Magnum, Marc Riboud faisait partie de cette génération de photographes "explorateurs".

36 sec

"Il y avait une fonction de découverte, ils faisaient partie des gens qui avaient le privilège de découvrir un continent ou un pays"

Par Patrick Zachmann

Un photographe humaniste, selon le directeur et fondateur de "Visa pour l'image", Jean-François Leroy, qui salue sa capacité à montrer "la douceur et la gentillesse dans les sujets qu'il photographiait".

51 sec

"Ça restera un grand humaniste, dont le travail n'a pas fini d'influencer des centaines de jeunes photographes"

Par Jean-François Leroy