Depuis des années, elle sait se faire très discrète, notamment avec les médias. Ce qui ne l'empêche pas de remplir des stades en quelques heures. Alors mystérieuse ou provocante Mylène ? Dans l'émission "Blockbusters", Frédérick Sigrist et ses invités décortiquent le mythe Mylène Farmer.

Mylène Farmer défile pour Jean-Paul Gaultier, ici en 2011 pendant la "Fashion week"
Mylène Farmer défile pour Jean-Paul Gaultier, ici en 2011 pendant la "Fashion week" © Getty / Antonio de Moraes Barros Filho

Mylène Gauthier est née en 1961 au Québec, à Pierrefonds, dans la banlieue de Montréal. Comme avec elle, rien n'est jamais sûr, surtout quand il s'agit de son enfance, on pense qu'elle est rentrée à peu près en 1970 à Ville d'Avray, dans le 92 en région parisienne. 

Initialement elle se destine à une carrière d'écuyère mais un accident l'empêche de continuer (ce qui, au passage, arrange bien ses parents). Et c'est après qu'elle va faire le cours Florent, et tenter de devenir comédienne.  Alors comment est-elle devenue un mythe ? 

J'aime provoquer. Ce n'est pas mon seul but mais c'est vrai que j'ai un goût pour la provocation.

Mylène : un univers visuel

Dès son premier titre, "Maman a tort" pourtant fait avec des bouts de ficelle (budget de 750€), le style est là. "En termes d'images, de sons, de textes, on est déjà dans une version presque finalisée d'elle-même" estime Benoît Cachin. 

Il y avait quelque chose d'étrange chez Mylène tout de suite. 

Dans ses vidéos, elle se met en scène et cultive son image de personnage vaporeux, créature éthérée à l'univers erotico-romantique. Et ce dès ses premiers clips, qui sont d'ailleurs réalisés par son partenaire musical de toujours : Laurent Boutonnat. Tous racontent une histoire, jusqu'à parfois exploser le format généralement imposé pour passer à la télévision à une heure de grande écoute. 

Elle s'est vraiment inscrite dans la veine de Michael Jackson dont le clip Thriller était la révolution totale. 

Elle ne manquera pas par la suite de travailler avec des réalisateurs de cinéma pour parfaire cet univers visuel qui lui est propre : Abel Ferrara, Luc Besson, Olivier Dahan... et aller plus loin dans l'exploration de cette veine cinématographique. 

Mylène : une bête de scène

Il se passe systématiquement quelque chose dans ses concerts. Pour sa première tournée en 1989, intitulée sobrement Tour 89, on assiste déjà à une véritable communion entre elle et le public. A l'époque, pas d'Internet, mais le bouche à oreilles fonctionne à plein. Les gens ne l'avaient vue que lors de prestations télévisées auparavant. Et surtout cela fait maintenant trois ans qu'elle enchaîne les tubes comme personne, qu'elle est n°1 du Top 50. Pour Sophie Khairallah : 

Quand elle est sur scène, elle a une véritable aura.

Elle présente un show chorégraphié, avec des décors pharaoniques. "On pense d'ailleurs souvent, à tort, qu'elle est l'une des premières artistes françaises à le faire, alors qu'il s'agit en vérité de Sylvie Vartan (en 1970)" précise Benoît Cachin. 

Mylène Farmer n'a rien inventé, d'autant plus que son manager de l'époque Bertrand Lepage est lui-même un énorme fan de Sylvie Vartan. 

Mylène : de la poésie

Ses textes sont indubitablement poétiques. Elle s'inspire fortement, lorsqu'elle ne reprend pas des extraits de textes, de noms illustres (Baudelaire, Edgar Allan Poe) ou plus confidentiels (Pierre Reverdy, Emily Dickinson). Elle déclarait dans une interview en 1998 au magazine Rock News

Je crois que j’aime avant tout les auteurs qui ont des âmes tourmentées. J’ai des livres de chevet d’Edgar Poe. J’aime beaucoup Baudelaire. J’aime bien August Strindberg, que j’ai découvert justement quand j’étudiais le théâtre.

Ses thèmes de prédilection sont toujours l'amour et la mort. On a pu lui reprocher des textes trop alambiqués, insondables. Pour autant elle reste une chanteuse de variété populaire. Et par ailleurs, pour Sophie Khairallah "ses textes sont un vrai régal car ils regorgent de figures de styles."

🎧 Réécoutez l'émission Blockbusters avec Benoît Cachin, journaliste au magazine TV Télécâble Sat Hebdo, Thibaud Carayol, rédacteur en chef du podcast Mylène Farmer : Histoires de…  et Sophie Khairallah, professeure de français et ancienne journaliste. 

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.