Du personnage historique à l’homme intime, sa vie sous toutes ses facettes

Jacques-Louis David, Bonaparte, Premier consul, franchissant le Grand-Saint-Bernard
Jacques-Louis David, Bonaparte, Premier consul, franchissant le Grand-Saint-Bernard © Rmn - Grand Palais Franck Raux

L’exposition Napoléon à la Grande Halle de la Villette,  une coproduction Réunion des musées nationaux – Grand Palais, la Villette et Re Re / Adonis, met en scène, à l’occasion du bicentenaire de sa mort, l’invraisemblable destin d’un personnage complexe, qui fut à la fois admiré et controversé, victorieux et défait, héroïque et tragique, dont le romanesque fascine aujourd’hui encore nos contemporains. Elle rappellera ses legs politiques et culturels qui ont durablement marqué certains pays, au premier rang desquels la France, mais aussi ses erreurs notoires.

► ► France Inter, partenaire de cette exposition, vous propose de la découvrir à travers plusieurs de ses émissions. :

  • Dimanche 23 mai : 

- Autant en emporte l’Histoire de Stéphanie Duncan : Une fiction, Napoléon à Sainte-Hélène de Christine Spianti avec Pierre Branda, historien et responsable du Patrimoine de la Fondation Napoléon

  • Vendredi 28 mai : 

- L’invité du 6h20 dans le 5/7 de Mathilde Munos avec le commissaire de l’exposition

- Popopop d’Antoine de Caunes, avec Philippe Perfettini pour Napoléon : Punk, dépressif… héros et Bruno Wennagel pour l’album graphique Moi, Napoléon.

Cette exposition s’articule autour des parties suivantes : les années d’apprentissage au collège militaire de Brienne ; les campagnes d’Italie (1796) et d’Égypte (1799) ; le coup d’État du 18 brumaire et le Consulat ; l’avènement de l’Empire ; Napoléon intime, ses femmes, Joséphine puis Marie-Louise, son fils légitime, le roi de Rome ; Napoléon, le chef de guerre ; Napoléon et l’Europe, à la tête de laquelle il place ses sœurs et frères ; le déclin de l’Empire, illustré par deux échecs militaires, la campagne d’Espagne (1808) et la campagne de Russie (1812) ; les Cent jours et sa chute définitive après la bataille de Waterloo.

Jean Ernest Auguste Getting - La « Victoire », berline du cortège du mariage de Napoléon et Marie-Louise Paris, vers 1804  Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon
Jean Ernest Auguste Getting - La « Victoire », berline du cortège du mariage de Napoléon et Marie-Louise Paris, vers 1804 Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon / Rmn-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Des invités prestigieux s’exprimeront à propos de certains sujets, croisant ainsi leur regard avec celui des commissaires : les mœurs et la religion, avec l’intervention de Jacques-Olivier Boudon, l’exercice du pouvoir avec Thierry Lentz, et la vie et mort des soldats avec François Houdecek. Dans une partie consacrée à l’esclavage sera projeté un court métrage réalisé par Mathieu Glissant.

Des reconstitutions spectaculaires évoqueront les arts et la vie de cour d’une époque certes brève, seulement quinze ans, mais qui marqua durablement les arts décoratifs. À la suite de la campagne d’Egypte, qui provoqua l’engouement du Tout-Paris, seront présentés meubles et objets d’art créés dans l’esprit égyptien, tandis qu’un salon montrera l’évolution du style à l’apogée de l’Empire. Une salle du trône côtoiera une table dressée avec les plus riches productions. Ces espaces seront complétés par de magnifiques vêtements de cour, des armes de luxe, des décorations, des porcelaines de Sèvres, des pièces d’orfèvrerie, jusqu’à une monumentale voiture commandée pour son mariage avec Marie-Louise ainsi que le plus modeste char funèbre utilisé pour ses obsèques à Sainte-Hélène.

Martin-Guillaume Biennais (1764-1843), Collier de la Légion d’honneur du maréchal Louis-Alexandre Berthier (1753-1815), prince de Neuchâtel et de Wagram
Martin-Guillaume Biennais (1764-1843), Collier de la Légion d’honneur du maréchal Louis-Alexandre Berthier (1753-1815), prince de Neuchâtel et de Wagram / Musée de la Légion d'honneur
Nicolas-Noël Boutet, Jean-Baptiste Claude Odiot, Marie-Étienne Nitot et François-Régnault Nitot, Épée du Premier consul puis de l’Empereur, dite épée « du Sacre »,
Nicolas-Noël Boutet, Jean-Baptiste Claude Odiot, Marie-Étienne Nitot et François-Régnault Nitot, Épée du Premier consul puis de l’Empereur, dite épée « du Sacre », / Paris - Musée de l'Armée, Dist. Rmn-Grand Palais / Emilie Cambier
Etienne Levasseur, Jeune Levasseur, Commode,
Etienne Levasseur, Jeune Levasseur, Commode, / Fondation Napoléon / Patrice Maurin-Berthier

S’y ajouteront des objets personnels de l’empereur ainsi que la spectaculaire tente de campagne avec son mobilier d’origine ; la guerre ne sera pas absente avec un canon, un caisson à munitions, plusieurs mannequins et la projection sur un écran géant d’une des plus fameuses charges de cavalerie de l’histoire de France, celle de la bataille d’Eylau. Sans oublier les nombreuses sculptures qu’accompagneront les tableaux réalisés par les plus grands peintres de l’époque comme David, Gros ou Gérard.

Une exposition coproduite par la Réunion des musées nationaux - Grand Palais, La Villette et Re Re / Adonis avec la participation particulièrement généreuse du musée de l’Armée, du musée national du château de Fontainebleau, du musée du Louvre, du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau, du Mobilier national, de la Fondation Napoléon et avec la contribution exceptionnelle du musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

►►► Commissariat

  • Bernard Chevallier, conservateur général honoraire du Patrimoine ; 
  • Arthur Chevallier, écrivain et éditeur ; 
  • Frédéric Lacaille, conservateur général en charge des peintures du XIXe siècle des châteaux de Versailles et de Trianon ; 
  • Grégory Spourdos, adjoint au chef du département des expositions et de la muséographie et chef du pôle muséographie du musée de l’Armée ; 
  • Hélène Cavalié, conservateur en chef du Patrimoine et directrice adjointe des collections du Mobilier national ; 
  • Jean-Baptiste Clais, conservateur au département des Objets d’art du musée du Louvre ; 
  • Christophe Beyeler, conservateur général du Patrimoine chargé du musée Napoléon Ier et du cabinet napoléonien des arts graphiques du château de Fontainebleau. 

►►► Scénographie

  • Groupement concepteur Scénografia – VNT architectes – Hilighting Design – Lundi 8 – Graphica.

►Légendes visuels

  • 1 - Jean Ernest Auguste Getting - La « Victoire », berline du cortège du mariage de Napoléon et Marie-Louise Paris, vers 1804 H. 2,68 m ; Long. 5,30 m ; Larg. 2,10 m, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © Rmn-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
  • 2 - Martin-Guillaume Biennais (1764-1843), Collier de la Légion d’honneur du maréchal Louis-Alexandre Berthier (1753-1815), prince de Neuchâtel et de Wagram, après juin 1806, poinçons d’orfèvre et d’essai Musée national de la Légion d’honneur, don du prince de la Tour d’Auvergne Lauraguais, 1986 © Musée de la Légion d'honneur
  • 3 - Nicolas-Noël Boutet, Jean-Baptiste Claude Odiot, Marie-Étienne Nitot et François-Régnault Nitot, Épée du Premier consul puis de l’Empereur, dite épée « du Sacre », 1801 et 1812, acier, acier bleui, or, jaspe sanguin et cristal de roche, H. 96 cm. Musée national du château de Fontainebleau, musée Napoléon 1er © Paris - Musée de l'Armée, Dist. Rmn-Grand Palais / Emilie Cambier
  • 4 - Poupard, Chapeau de l’empereur Napoléon Ier, dit de la campagne de Russie, Paris 1804-1815. Feutre de castor noir, soie noire H. 25 cm ; l. 46 cm - musée national du château de Fontainebleau, musée Napoléon 1er L’Empereur. © Paris - Musée de l'Armée, Dist. Rmn-Grand Palais / Christophe Chavan
  • 5 - Etienne Levasseur, Jeune Levasseur, Commode, 1806, acajou, buis, bronze doré, marbre bleu, nacre, corail, écaille, lapis lazuli, 100 x 132 x 56 cm Paris, fondation Napoléon. © Fondation Napoléon / Patrice Maurin-Berthier

Billetterie de l’exposition « Napoléon » sur le site : expo-napoleon.fr.

►►► Aller plus loin

Tous les épisodes à découvrir sur le site de France Inter.