Puissance du dessin, expressivité des couleurs, fourmillement de détails et d’influences multiples. Découvrez L’exposition rétrospective de Nicolas de Crécy à Quimper

Affiche Nicolas de Crécy
Affiche Nicolas de Crécy © pour Exposition au Quartier à Quimper

Puissance du dessin, expressivité des couleurs, fourmillement de détails et d’influences multiples… L’exposition rétrospective de Nicolas de Crécy à Quimper est l’occasion de faire le point sur l'oeuvre d’un artiste à l’imaginaire très développé.

L’exposition au centre d’art contemporain de Quimper présente une rétrospective de l’auteur du Bibendum céleste (Les Humanoïdes associés) et de Léon la Came (Casterman), Période glaciaire ( 2005), et de La République du catch (2015).

Le Japon, les fantômes, la ville

Mais aussi un aperçu de son talent plus méconnu d’artiste contemporain. La ville, un manchot mélomane, des têtes coupées vivantes, des fantômes, le Japon, la montagne, le piano qui avance quand on en joue, tous les éléments récurrents de l’œuvre de Nicolas de Crécy sont présents. Avec des planches originales, des story-boards, des dessins, des carnets de voyage...

Le Quartier (Salle d'art contemporain) à Quimper en association avec le Fonds Leclerc donne à voir la variété du travail de Nicolas de Crécy, artiste au dessin puissant, étrange et foisonnant. En particulier, l’exposition permet de découvrir son activité picturale, sa recherche autour des volumes (sculpture, gravure…) avec une installation autour de Paul Wittgenstein, le frère du célèbre philosophe autrichien : ce pianiste virtuose a perdu une main dans une explosion en 1914, mais a décidé de continuer à jouer… A voir.

Chez moi, tout fonctionne par association d’idées

Nicolas de Crecy :

Quelques clefs pour mieux comprendre l’œuvre de Nicolas de Crécy

C'est comme s'il dessinait une partition. Le crayon ou la plume courent sur la feuilleavec une liberté et une aisance extraordinaires. Il est ailleurs et le dessin le porte.

Lucas Hureau, commissaire de l'exposition :

Avant tout, Nicolas de Crécy veut partager avec nous le plaisir qu'il a à dessiner, à raconter des histoires et à inventer des personnages. En fait, il nous parle de lui, de sa vision de l'histoire de l'art. C'est un artiste qui se renouvelle en permanence : à chaque BD, un nouveau concept, une nouvelle idée et il les mène jusqu'au bout. Il ne se satisfait pas d'un style. C'est un dessinateur en perpétuelle réflexion pour faire avancer le medium bande dessinée.

Cette tête coupée très réaliste, vivante et qui nous regarde a été inventée dans Le Bibendum céleste par Nicolas de Crécy. Elle renvoie à la séparation entre la pensée (la tête) et le corps (l’action)…

Anna Olszewska du Quartier à Quimper :

La tête coupée
La tête coupée © Radio France

Le Japon

Le dessinateur est très influencé par le Japon. Il est allé en résidence à la villa Kujoyama à Kyoto en 2008. Il y retourne souvent. Il s'intéresse à l'écart entre l'hypermodernité de la ville au Japon et les traditions qui remontent au Moyen-Age. Parmi elles, les yokais (sortes de fantômes du foklore japonais) dont il parsème son oeuvre.

La ville

Le dessinateur a commencé très fort avec le Bibendum céleste en créant New-York-sur-Loire avec une architecture que l'on n'avait jamais vue en BD. Avec une succession de strates et d'histoires, il crée une ville qui monte vers le ciel. Il a ensuite travaillé la ville tout au long de sa carrière, il dit même que lorsqu’il dessine des paysages urbains, il fait ses gammes. Il a aussi dessiné des cités réelles comme Lisbonne dont il a su capter l'atmosphère. Et toujours, la ville de Nicolas de Crécy est habitée, humaine.

Le Manchot mélomane

Quand un pingouin joue du piano, le piano se met à avancer. C'est un peu une allégorie de la création, de l'art : en dessinant, on avance... Finalement il est toujours en recherche. C'est l'art en marche.

Le piano qui avance du manchot mélomane
Le piano qui avance du manchot mélomane © Le Quartier Quimper

►►► Voir quelques images de l’exposition

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.