Augustin Trapenard a reçu ce matin Norman, un des youtubeurs les plus emblématiques d’une génération d’humoristes 2.0. Portrait du plus célèbre des producteurs de "webmanshow" français.

Norman fait des vidéos (et c’est le nom de son site) et il fait bien car souvent, il fait le buzz. Son dernier gros succès, Luigi clash Mario , compte ces jours-ci plus 42 millions de vues . Norman y parodie les personnages du jeu vidéo cultissime Supermario : le frère Luigi s’amuse à clasher la superstar Mario parce qu’il monopolise le premier rôle…

Vingt ans que je suis dans le game et je sais que Mario sera toujours le favori, le préféré, le numéro un. Mais bon, au fond de mon coeur, ça ne me dérange pas… FAUX !

Le youtubeur ne se reconnaît pas comme un youtubeur qui “fait le buzz” : pour lui, le mot est “associé à des choses très vilaines, très people, racoleuses. Derrière, il y a des notions de pouvoir, de succès, quelque chose d’assez vénal”. De toutes façons, “on ne contrôle jamais le buzz ”. Il préfère se considérer comme quelqu'un d' “influent” - et effectivement, avec plus de six millions de personnes abonnées à sa chaîne Youtube, quatre millions sur Facebook et presqu'autant , le jeune artiste l’est. Il propose même à ses fans une application iphone et androïd.

À l'écouter, son succès est arrivé par hasard. Norman était monteur vidéo. Un jour, il a essayé d'essayer des trucs, en se filmant : ça a donné “le club de ping pong ”… Dès le lendemain, la vidéo avait déjà comptabilisé 100 000 vues.

Devant ces chiffres, Norman a saisi l'opportunité et décidé de devenir “youtubeur” - un terme quasiment inconnu en France à l'époque, il y a quatre ans. En fait de youtubeur, Norman s'est spécialisé dans le “webmanshow ”, un genre de vidéo face caméra, humoristique, inspirée des stand-ups américains.

Internet offre une grande liberté : “Je peux parler de ce que je veux et je peux choisir à quel moment je sors une vidéo. Artistiquement je fais ce que je veux et ça, ça n’a pas de prix .” Aucune contrainte ? Si, tout de même : "Sur Internet, je ne peux pas être corrosif ou avoir un avis tranché . C’est le petit défaut ; il en faut bien un. On doit être assez universel dans son avis pour plaire à tout le monde. C’est pas que je me censure mas il y a des sujets que j’évite : la religion, les communautés. Ça divise tellement les gens que ça va aussi diviser les vues.” Heureusment, il y a les spectacles : “Sur scène, les gens sont prêts à écouter un avis. Tout ce que je peux pas dire sur Internet, je le dis dans mon spectacle.” A vous d'aller le voir pour vérifier…

Quelques vidéos

"Je ne sais pas ce qui fait rire dans mes vidéos. J’aime faire rire en racontant des choses authentiques. Peut-être que les gens se moquent de moi. J’essaie d’être le plus sincère possible quand je raconte quelque chose ."

►►► ÉMISSION | Norman chez Augustin Trapenard

►►► ET AUSSI | Smosh, le conseil culturel de Norman (en anglais)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.