Le ministre de la Culture Franck Riester a signé les conventions qui permettront à l'État d'encaisser les dons collectés dans le cadre de la souscription nationale pour la reconstruction de Notre-Dame. Il y a eu 850 millions d'euros de promesses, mais pour l'heure seulement 10% ont été collectés.

La cathédrale Notre Dame de Paris après l'incendie d'avril 2019
La cathédrale Notre Dame de Paris après l'incendie d'avril 2019 © AFP / Kenzo TRIBOUILLARD

Le processus mis en route par le ministre de la Culture est capital, car il définit le protocole et les conventions qui permettront d'organiser la collecte et la dépense de l'argent donné par les mécènes. Les conventions donneront un cadre à la gestion de l'argent, elles permettront de regrouper les sommes déjà arrivées et de les répartir. Elles assureront ainsi une transparence pour l'utilisation des dons au fil du chantier à venir. Ceci permettra ensuite de faire des appels de fonds auprès des mécènes qui se sont engagés et qui verseront les sommes promises au fur et  à mesure des besoins. 

L'État devra faire un rapport sur les coûts des travaux aux fondations donatrices. Chaque fondation aura ainsi la certitude que les dons effectués seront bien affectés à ce pour quoi ils auront été versés. Par exemple, la fondation du Patrimoine va verser 44 millions d'euros de dons de particuliers et de collectivités faits au titre de la reconstruction. Via la convention proposée par le ministère de la Culture, elle s'assure qu'ils iront bien à cet objectif.

L'argent au compte-goutte, surtout en provenance des États-Unis

Fin mai, la fondation Notre-Dame disait avoir encaissé 15,5 millions d'euros. L’État lui en demandait 3,6 millions pour sécuriser le site dévasté par l'incendie du 15 avril. Il faut également payer régulièrement quelque 150 personnes qui travaillent en permanence sur les lieux.

Le 8 juillet, sur RTL, monseigneur Maupetit, archevêque de Paris, déclarait avoir reçu 38 millions d'euros

Il confirmait que, la première partie des travaux après l'incendie, avait coûté 4 millions d'euros, somme donnée par l'association Friends of Notre-Dame et "qui avait déjà été récoltée pour aider l'État à payer la flèche."

Si les grandes fortunes françaises en sont encore aux promesses et attendaient la signature de conventions-cadres pour passer à l'acte, ce sont les donateurs américains qui ont jusqu’ici versé la quasi-totalité des dons déjà encaissés, selon le président des Amis de Notre-Dame de Paris, Michel Picaud. 

"Les Américains sont très généreux envers Notre-Dame et le monument est très aimé en Amérique. Six membres de notre conseil d'administration sur 11 sont des résidents des États-Unis", a déclaré Michel Picaud à l'Associated Press.

Les promesses de dons

Les promesses de dons faites au lendemain de l'incendie de Notre-Dame en avril 2019
Les promesses de dons faites au lendemain de l'incendie de Notre-Dame en avril 2019 © AFP / Vincent LEFAI, Kun TIAN
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.