Réunissant une communauté d’artistes, de botanistes et de philosophes, la Fondation Cartier pour l’art contemporain se fait l’écho des plus récentes recherches scientifiques qui portent sur les arbres un regard renouvelé.

Miguel Rio-Branco
Miguel Rio-Branco © Collection de l'artiste

Organisée autour de plusieurs grands ensembles d’œuvres,l’exposition Nous les Arbres laisse entendre les voix multiples de ceux qui ont développé, à travers leur parcours esthétique ou scientifique, un lien fort et intime avec les arbres, et qui mettent en lumière la beauté et la richesse biologique de ces grands protagonistes du monde vivant aujourd’hui massivement menacés.

Vue de la Fondation Cartier pour l'art contemporain Jean Nouvel ADAGP
Vue de la Fondation Cartier pour l'art contemporain Jean Nouvel ADAGP / Luc Boegly

Après avoir été longtemps sous-évalués par la biologie, les arbres - comme l’ensemble du règne végétal - ont fait l’objet, ces dernières décennies, de découvertes scientifiques qui permettent de porter un nouveau regard sur ces plus anciens membres de la communauté des vivants. Capacités sensorielles, aptitude à la communication, développement d’une mémoire, symbiose avec d’autres espèces et influence climatique : la révélation de ces facultés invitent à émettre l’hypothèse fascinante d’une « intelligence végétale » qui pourrait apporter des éléments de réponse à bien des défis environnementaux actuels. En résonance avec cette « révolution végétale », l’exposition Nous les Arbres croise les réflexions d’artistes et de chercheurs, prolongeant ainsi l’exploration des questions écologiques et de la relation de l’homme à la nature, qui habite régulièrement la programmation de la Fondation Cartier, comme ce fut le cas récemment avec Le Grand Orchestre des Animaux (2016).

Luis-Zerbini Lago Quadrado Collection Romero Pimenta Nova Lima
Luis-Zerbini Lago Quadrado Collection Romero Pimenta Nova Lima / Eduardo Ortega

Réunissant des dessins, peintures, photographies, films et installations d’artistes d’Amérique latine, d’Europe, des Etats-Unis, mais également d’Iran, ou encore de communautés indigènes comme les Nivaklé et Guaranídu Gran Chaco, au Paraguay, ainsi que les Indiens Yanomami qui vivent au cœur de la forêt amazonienne, le parcours de l’exposition, rythmé par plusieurs grands ensembles d’œuvres, déroule trois fils narratifs : celui de la connaissance des arbres – de la botanique à la nouvelle biologie végétale – ; celui de leur esthétique – de la contemplation naturaliste à la transposition onirique – ; celui enfin de leur dévastation - du constat documentaire au témoignage artistique.

Luis Zerbini Monstera Deliciosa collection de l'artiste
Luis Zerbini Monstera Deliciosa collection de l'artiste / Pat Kilgore

Rendant à l’arbre la place que l’anthropocentrisme lui avait soustraite, Nous les arbres réunit les témoignages, artistiques ou scientifiques, de ceux qui portent sur le monde végétal un regard émerveillé et qui nous révèlent que, selon la formule du philosophe Emanuele Coccia, « il n’y a rien de purement humain, il y a du végétal dans tout ce qui est humain, il y a de l’arbre à l’origine de toute expérience ».

  • Commissaires : Bruce Albert, Hervé Chandès, Isabelle Gaudefroy
  • Commissaires associées : Hélène Kelmachter, Juliette Lecorne, Marie Perennes
Francis-Hallé-Sophora Japonica Jardin de la Fondation Cartier collection de l'artiste
Francis-Hallé-Sophora Japonica Jardin de la Fondation Cartier collection de l'artiste / Francis Hallé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.