Le 19 septembre Antoine de Caunes passe la nuit à Ground Control entouré de quelques amis. Pour cette première Nuit de la Pop Culture, Antoine a notamment convié le roi Arthur.

Portrait du réalisateur et acteur Alexandre Astier à Angoulême, le 28 janvier 2018.
Portrait du réalisateur et acteur Alexandre Astier à Angoulême, le 28 janvier 2018. © AFP / JOEL SAGET

Alexandre Astier est tombé tout petit dans la marmite de l'Art, normal puisqu'il a grandi au sein d’un couple-troupe : son père Lionnel Astier et sa mère Joëlle Sevilla sont tous deux comédiens. C’est au départ la musique qui va lui donner une raison de créer : il est formé à la contrebasse classique et à la composition au Conservatoire puis à la basse électrique jazz à l’American School of Modern Music à Paris. À la fin des années 1990, il s’intéresse à l’écriture de pièces et à la comédie. L’une de ses créations, Le Jour du froment, est ainsi donnée à Lyon en 2002. En parallèle, il se met au septième art et réalise plusieurs courts-métrages, réunissant une bande de comédiens qui vont lui rester fidèles.

Un brin farouche, il aime bien travailler dans son coin en étant tout à la fois compositeur des musiques, auteur des scénarios et réalisateur des épisodes de Kaamelott. Il travaille également sur les synopsis des bandes dessinées adaptées de ces univers. En attendant le passage à venir sur grand écran d’Arthur, Lancelot, Perceval et compagnie, ce créatif-né a multiplié les projets.

Alexandre Astier c’est bien sûr Arthur Pendragon, roi de Bretagne mais n’oublions pas non plus tous les autres comme par exemple, le Shah d’Iran dans "Nous trois ou rien", une comédie dramatique écrite et réalisée par Kheiron, ou même, ergothérapeute, dans "David et Madame Hansen" qu’il a lui-même réalisé, et Jean-Sébastien Bach dans "Que ma joie demeure", pièce qu’il a écrite. Bref, que des grands hommes, et en guise d’honneur, plutôt qu’une chanson de Bruel, lui, il a un astéroïde à son nom.  

Il est pop, il est même Popop, il est donc dans Popopop et il a naturellement sa place (royale) dans cette première nuit de la pop culture au monde.

Rendez-vous le 19 septembre en direct sur Franceinter et sur Franceinter.fr avec le Roi Alexandre Astier.

Aller + loin

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.