Très attendu par les fans de jeux vidéo des années 90 (la série Final Fantasy en tête), "Octopath Traveler" assume son classicisme et rend une copie appliquée qui se permet de petites touches d'audace, à défaut d'être révolutionnaire. Une fois les doigts sur la manette, il offre une bouffée de nostalgie vidéoludique.

Octopath Traveler est une aventure qui rappelle les meilleurs moments du jeu vidéo des années 90
Octopath Traveler est une aventure qui rappelle les meilleurs moments du jeu vidéo des années 90 © Square Enix

C'est l'histoire d'un jeu qui est avant tout une promesse : en 2017, peu après la sortie de la Switch, le géant du jeu de rôles japonais (ou JRPG) Square Enix montrait les premières images d'un jeu au style graphique unique. Les personnages, les décors, les monstres semblaient faits de bons vieux pixels, mais le tout était couplé à des effets visuels tout à fait actuels, comme des rivières réalistes ou des jeux subtils de lumière. Comme si quelqu'un avait décidé de déposer des marionnettes en papier au milieu de grandioses décors naturels.

Ce parti-pris artistique a non seulement capté l'attention, mais suscité une énorme attente. D'autant que les créateurs promettaient aussi une vaste aventure, où se mêleraient les destins de huit personnages atypiques, chaque joueur pouvant construire le conte à sa manière (en jouant les différents chapitres dans l'ordre qu'il souhaite).

Plusieurs mois d'attente (et d'échanges avec les fans pour améliorer l'expérience), Octopath Traveler est là... Et dès les premiers instants, la promesse semble respectée à la lettre.

Friandise pour les yeux et les oreilles

Comme tout parti-pris, le style visuel du jeu ne plaira pas à tout le monde. Mais pour peu que les graphismes de l'ère Super Nintendo ne vous rebutent pas, Octopath Traveler est d'une beauté à couper le souffle. Chaque village, chaque donjon, chaque personnage est une déclaration d'amour à cette époque où dessiner avec des pixels relevait du travail d'orfèvre.

Le vernis graphique ne fait que souligner et sublimer cette attention au détail, et la musique assaisonne délicieusement la recette. On se prend même à rêver de voir le même traitement appliqué à des classiques des années 90, comme Chrono Trigger ou Final Fantasy VI.

Mets relevé pour les pouces

C'est beau, c'est très beau même, mais que vaut le jeu lui-même ? Là aussi, Octopath Traveler assume pleinement son classicisme. Les histoires des huit personnages, si elles frôlent parfois le cliché, sont tout à fait plaisantes à jouer (et donnent un ton assez adulte qui tranche avec le style mignon des personnages). Et on osera d'autant moins s'en plaindre que c'est le joueur lui-même qui est en partie "responsable" du récit. Le déroulé peut être tout à fait linéaire ou un peu erratique, selon que vous suiviez ou non les incitations du jeu.

C'est du côté des combats que pointent quelques audaces : s'il a l'air tout à fait classique, le système de jeu fait tout pour apporter des idées neuves, qui rendent les affrontements parfois bien plus dynamiques que ne l'étaient ceux de ses illustres ancêtres. Bien entendu, cela rend aussi l'avancée un peu complexe pour les néophytes (même si le jeu, au besoin, sait prendre le temps de les accompagner sur la noble voie du JRPG).

Somptueuse ode au voyage et aux rencontres, Octopath Traveler parvient à développer une identité propre en ne se limitant pas à la simple citation des classiques. Ce faisant, il leur rend un hommage aussi sincère qu'envoûtant.

OCTOPATH TRAVELER - Disponible sur Switch

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.