Olivier Py
Olivier Py © Radio France / Stéphane Capron

Olivier Py est à la tête du Festival d’Avignon depuis le 1er septembre. C’est le premier metteur en scène à prendre les rênes de ce festival, 42 ans après la disparition de son créateur, Jean Vilar. Il souhaite renouer avec une vision « Vilarienne » en proposant un festival populaire, plus accessible.

Il sait qu’il sera attendu au tournant l’été prochain. Alors Olivier Py est au travail avec son équipe pour tisser la 68ème édition. Héritier de Vilar, il souhaite faire évoluer le festival et renouveler les publics, métisser les populations. Cela passe par une nouvelle politique tarifaire. Il va proposer des formules d’abonnement comme dans tous les théâtres de France, ainsi que plus de tarifs réduits .

L’idée du théâtre populaire a toujours besoin de son aggiornamento, elle a besoin d’être mise en contact avec ce qu’il se passe dans la société. Tout d’abord les publics vieillissent alors nous avons un travail important à faire pour le métisser. Ce métissage n’est pas seulement social, il est aussi générationnel. Il y a des individus éloignés du théâtre. Il faut qu’ils sachent que le Festival d’Avignon est là pour eux

Etre populaire cela signifie pour Olivier Py avoir «toujours la plus grande exigence artistique ». L’équipe précédente lui a légué une salle de répétition : le FabricA. Ce sera un outil de répétition mais aussi de médiation avec les quartiers de Monclar et de Champfleury.

Etre populaire, cela signifie faire un travail avec l’éducation nationale. Cet outil va changer le festival et lui permettre de résonner toute l’année. Il nous reste une décentralisation de trois kilomètres à effectuer vers ces quartiers qui vivent dans un autre monde que le notre

Tous les ans Olivier Py mettra en scène un spectacle comme le faisait Jean Vilar. Il est en train d’écrire une comédie politique mais qu’il ne présentera pas dans la Cour d’honneur. C’est l’italien Giorgio Barberio Corsetti qui ouvrira le Festival dans la Cour d’honneur avec le Prince de Hombourg de Kleist . Christian Schiaretti , directeur du TNP de Villeurbanne et Marie-José Malis , nouvelle directrice du CDN d'Aubervilliers seront également invités.

Un festival où l’émergence sera l’axe principal.

Le Festival durera trois ou quatre jours en plus. A priori ce sera du 4 au 27 juillet ou 28 juillet . Olivier Py souhaite sortir de la guerre entre le In et le Off. « Je n’ai jamais pensé qu’il devait y avoir une guerre entre le In et le Off parce que ce sont les artistes qui font le lien et il y a beaucoup de théâtres publics dans le Off. Il y aura plus de perméabilité entre le In et le Off ». Il espère pouvoir faire coïncider dans la mesure du possible les dates du In et du Off. Mais ce ne sera pas simple.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.