Deux pièces inédites de Gabriel Fauré viennent d'être enregistrées par le pianiste Nicolas Stavy. Des partitions jusque là inconnues, retrouvées par des musicologues aux États-Unis à l'Université de Yale.

Nicolas Stavy
Nicolas Stavy

Il y a encore des choses à découvrir dans le répertoire de la musique classique. Personne n'est capable d'expliquer comment ces partitions se sont retrouvées dans la bibliothèque Beinecke de l'université de Yale. Le travail de fourmi des musicologues, Jean-Michel Nectoux et Jean-Pierre Bartoli, a permis de mettre la main sur deux œuvres de jeunesse que Gabriel Fauré avait décidé de ne pas publier. Mais le pianiste, Nicolas Stavy, a considéré qu'elles n'étaient pas mineures et qu'elle devaient entrer au répertoire. "C'est très étonnant de contribuer à faire découvrir au public cette partition qui a peut-être été joué une fois par Fauré ou par son entourage."  

C'est un bonheur, un immense honneur de donner vie à cette petite sonate de jeunesse d'un jeune compositeur déjà maître de son écriture. 

Cette sonate est contemporaine des "Trois romances sans paroles" bien connues et qui ont été également écrites alors qu'il avait dix-huit ans, explique Nicolas Stavy. Ça montre un Gabriel Fauré maître de son écriture et de son univers sonore."

À ces œuvres de jeunesse, Nicolas Stavy a souhaité associer l'une des œuvres majeures de Gabriel Fauré "Le 13e Nocturne", dans un album qui dévoile désormais toutes les facettes du compositeur. 

L'intégralité de l'album est à écouter en concert le 9 avril à l'Auditorium de la BNF-Paris.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.