Paris célèbre (enfin) Oscar Wilde. L'occasion de nous replonger dans l'oeuvre du plus célèbre des dandys qui inspire les cinéastes depuis les années 20

Oscar Wilde
Oscar Wilde © Getty

La première oeuvre de Wilde adaptée au cinéma le fut par Ernst Lubitsch en 1925.
L'éventail de Lady Windermere
est resté inédit en France jusqu'en 2007. Il n'était jamais sorti sur les écrans hexagonaux parce qu'il était uniquement disponible au Musée d'Art Moderne de New York. L'Eventail de Lady Windermere est considéré comme l'apogée de l'art muet d'Ernst Lubitsch. Le jeu des équivalences visuelles mélangé à la prose d'Oscar Wilde a énormément plu aux commentateurs de l'époque.

Otto Preminger en réalise également une version en 1949 avec Jeanne Crain et George Sanders.

Georges Sanders qui quelques années plus tôt avait tourné dans Le portrait de Dorian Gray d'Albert Lewin au côté d'Hurd Hatfield, Angela Lansbury, Donna Reed et Peter Lawford. Dans le roman d'Oscar Wilde, Sybil est une actrice Shakespearienne sophistiquée, mais pour le film, Albert Lewin l'a transformée en chanteuse de cabaret. Le réalisateur a choisi de filmer totalement en noir et blanc afin de symboliser le bien et le mal, seules les peintures apparaissent en couleur à l'écran. Le film a d'ailleurs remporté l'Oscar de la meilleure photographie en noir et blanc.

Plus récemment (2009), le réalisateur britannique Oliver Parker a adapté très librement le roman de Wilde avec Ben Barnes dans le rôle de Dorian Gray et Colin Firth dans celui de Lord Wotton.

Oliver Parker qui avait déjà goûté à l'oeuvre de Wilde, par deux fois, en adaptant en 2002 L'importance d'être Constant, avec déjà Colin Firth mais également Ruppert Everett, Judi Dench et Reese Witherspoon

et en 1999 avec Un mari idéal avec Ruppert Everett, Cate Blanchett, Minnie Driver et Julianne Moore

Autres adaptations à noter : Il importe d'être Constant d'Anthony Asquith (1952) avec Michael Redgrave; Un mari idéal d'Alexander Korda (1947) avec Paulette Godard et Le fantôme de Canterville de Yann Samuell avec Audrey Fleurot, Michael Youn et Michel Laroque, sorti dans l'indifférence général en France le 16 avril dernier...

Wilde à paris

Bien qu'il soit mort à Paris, Oscar Wilde n'avait, jusque là jamais eu droit à une grande exposition, comme ce fut le cas à Londres pour le centenaire de sa disparition en 2000.
C'est désormais chose faite puisque le petit palais accueille Oscar Wilde - L'impertinent absolu la première grande exposition française consacrée au célèbre écrivain.
Manuscrits, photographies, dessins, caricatures, effets personnels et tableaux... Plus de 200 pièces exceptionnelles et inédites pour certaines.

Esthète, dandy, expert en provocations et en mots d’esprit, Oscar Wilde (1854-1900) fut aussi un immense homme de lettres : critique d’art, dramaturge, romancier et poète.
Coqueluche du Londres mondain en 1894, Oscar Wilde fut, l’année d’après, jeté en prison pour délits homosexuels.
►►► POUR ALLER + LOIN | (Ré)écoutez la marche de l'histoire consacrée au procès d'Oscar Wilde

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.