Cette phrase, fréquemment citée aujourd'hui, on la doit bien sûr à Pierre Desproges. Mais dans quelle circonstance a-t-elle été prononcé la première fois ? La fille de l'humoriste raconte

Pierre Desproges
Pierre Desproges © Getty / Jean Pimentel

"Mesdames, messieurs, la Cour"

Notre mémoire collective est truffée de phrases et de répliques issues du Tribunal des Flagrants Délires.

Cette émission en forme de pochade (pour citer Claude Villers) apparaît sur l'antenne de France Inter en septembre 1980. L'objectif est aussi simple que loufoque : faire le procès de la personnalité invitée de l'émission, tous les jours entre 11 heures 30 et 12 heures 45 ... 

Claude Villers veut que le public est la sensation d'être vraiment au tribunal, d'ou le décor et les costumes, au grand dam de l'administrateur de France Inter.

L'émission a eu du mal a trouver ses marques raconte l'animateur. Mais les invités jouent le jeu et acceptent non seulement de se faire tailler en pièce par Desproges, mais aussi de chanter, puisque l'émission s'achève traditionnellement par une chanson. Ainsi, Ferré chante Trenet ou Eddy Mitchell chante Eddy Constantine. Pour l'anecdote, Brassens fut sans doute le plus repris

Peut-on rire de tout ?

28 septembre 1982, Jean-Marie Le Pen doit participer au tribunal. Lorsque Villers l'annonce à Pierre Desproges, on ne peut pas dire que ce dernier saute de joie. Il envisage même de ne pas participer à l'émission.

La suite, racontée par sa fille Perrine Desproges dans Par jupiter !

Et pour le plaisir, voici ce fameux réquisitoire

Pour aller + loin

Une nuit avec "Le tribunal des flagrants délires"

Déshabillons Inter de Julien Baldacchino :  Tout le monde il est coupable !

France Inter a 50 ans - 1980 : de l'info et des flagrants délires

Le plateau du Tribunal des Flagrants Délires
Le plateau du Tribunal des Flagrants Délires © AFP / Alain Bourron
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.