L'actrice, réalisatrice et chanteuse française Jeanne Balibar, le rappeur et compositeur Soprano, le cinéaste François Ozon, l'écrivaine franco-rwandaise Scholastique Mukasonga et l'auteur-compositeur-interprète Hugues Aufray sont venus se confier cette semaine au micro d'Augustin Trapenard dans Boomerang.

"On vit la poésie partout, à chaque moment de la vie" . Hugues Aufrey dans Boomerang
"On vit la poésie partout, à chaque moment de la vie" . Hugues Aufrey dans Boomerang © Getty / Juana Mari Moya

Pablo Cotten a préparé rien que pour vous le best-of de Boomerang de la semaine à partir des entretiens d'Augustin Trapenard : 

10 min

Le Best-of de Boomerang du vendredi 26 juin 2020

Par Pablo Cotten

Jeanne Balibar

La chanteuse et comédienne française inaugurait sa carrière cinématographique dans un film d'Arnaud Desplechin La Sentinelle, en 1992. Jeanne Balibar se spécialise dans le cinéma d'auteur. Mais elle se laisse aussi transporter par le théâtre en intégrant la Comédie-Française un an après. Elle entame parallèlement une carrière de chanteuse dès 1999. Elle est venue partager sa passion pour la culture au micro de Boomerang

Jeanne Balibar : "Le corps d'un acteur ou d'une actrice c'est comme dit Antonin Artaud 'l'homme aurait pu choisir de vivre, il a choisi le caca'. Il faut mettre en scène cette dialectique car le théâtre c'est un lieu où on peut faire pipi partout, dans des baquets qu'on emmène en scène. C'est cette vie des humeurs, cette de vie du fond des choses, cette vie de la porcherie de Pasolini, c'est ça, le théâtre".

Soprano

Son premier succès intervient en 2006 avec Moi j'ai pas de son premier album Puisqu’il faut vivre. Membre au départ du groupe marseillais Psy 4 de la Rime, il commence sa carrière solo en 2007, avec ce dernier album. Son nouvel opus s'appelle Pheonix et il sera en tournée à compter de juillet. Le rappeur était l'invité de Boomerang.

Soprano : "À la base, j'aimais faire des jeux de mots. C'est parti en premier par des freestyles. J'étais toujours en quête de ce qui allait permettre de produire les plus beaux textes, avec des beaux jeux de mots, avec des belles métaphores. Je suis tombé sur Zazie, sur Brel, sur Oxmo Puccino… C'est comme ça que c'est arrivé ! Ça m'a donné envie d'écrire et de faire des jeux de mots. 

Être chanteur, c'est un peu mon côté grand frère, pour montrer que ce n'est pas parce qu'on a réussi dans ce qu'on a voulu entreprendre que quand on a changé ou qu'on a bougé, au contraire, le fait d'être présent, de parler avec eux, le fait de me voir normal dans un kebab, ça leur fait comprendre qu'ils peuvent eux aussi réussir. Ce n'est pas parce qu'ils viennent de tel ou tel endroit que leur réussite va être ou pas concluante.

Aujourd'hui, je suis quelqu'un de très mélancolique, qui n'est pas sûr de moi car, pendant longtemps, j'avais beaucoup de complexes et j'avais des problèmes aussi familiaux et personnels qui ont fait que j'ai failli faire l'impensable. Jusqu'à ce que j'ai le déclic ce jour-là, de vivre avec le sourire". 

On fait de la musique pour le public. Mon patron, c'est les gens, c'est le peuple. Je fais de la musique pour qu'ils soient heureux, qu'ils se sentent accompagnés dans leur quotidien.

Pour sa carte blanche, Soprano a tenu à rendre hommage "à tous nos héros du quotidien"

François Ozon

Transcendant dans son dernier film Grace à Dieu, qui a remporté le 30e prix des auditeurs du Masque & la Plume, il consacre Eté 85 adapté du roman La danse du coucou d'Aiden Chambers, une histoire d'amour entre deux adolescents qui sort au cinéma le 14 juillet. Coup de projecteur sur le cinéaste dans Boomerang

François Ozon : "Je pense qu'il y a une part d'érotisation dans le fait de filmer un acteur ou une actrice. Ce n'est pas qu'un corps, heureusement, sinon, je ferais des films pornographiques. Ce sont d'abord des personnes, une voix. La voix de Jeanne Moreau, c'est quand même une des plus belles choses qu'on a vue et entendue au cinéma et, à chaque fois, ce sont des personnes. J'ai besoin d'éprouver une forme de désir d'être face à cette personne, de la regarder et de la montrer au mieux dans le cadre d'un film".

Scholastique Mukasonga 

La Lauréate du Prix Renaudot 2012 pour son roman Notre dame du Nil était l'invitée d'Augustin Trapenard. Dans chacun de ses livres, la romancière nous transporte dans l'âme du Rwanda. Nous parcourons avec elle la vie quotidienne de son pays natal comme de ses traditions, des temps obscurs comme des plus joyeux. Elle vient de sortir son nouveau livre Kibogo est monté au ciel.

Scholastique Mukasonga : "J'avais vraiment pour vocation, au départ, de n'écrire qu'un livre, c'était un devoir de mémoire. Mais après, justement, pour avoir pris ma part dans ce que ma mère me transmettait, et en fonction de ce que j'avais engrangé, je me suis rendue compte que j'avais beaucoup de choses à raconter".

Hugues Aufray 

Santiano fait du chanteur une vedette populaire. Mêlant ses fameux tubes folk à de la chanson traditionnelle française, l'acoustique et le rythme du blues américain. Hugues Aufray sort bientôt son nouveau disque Autoportrait. Il était au micro de Boomerang 

Hugues Aufray : "Des fois, je me demande pourquoi je ne me déplace pas en patins à roulettes ou en patinette. Certainement que j'ai la certitude aujourd'hui de rentrer dans une période de ma vie où je vais essayer et réussir à réaliser les choses que je n'ai pas réussies à faire avant. 

Je voudrais simplement attirer l'attention sur vos auditeurs. Posez-vous la question pourquoi, à l'âge de 19 ans, Rimbaud jette la poésie aux orties, il part sur les routes pour vivre la poésie. Ça, c'est un sujet très important que les poètes qui ont suivi Rimbaud n'ont pas compris. Le temps de la poésie littéraire écrite, imprimée sans musique, était finie".

Revivez la Carte Blanche d'Hugues Aufray, accompagné de toute l'équipe de Boomerang qui en profite pour vous fêter de très belles vacances et un bel été !

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.