Les professionnels du spectacle se mobilisent avec une opération de communication: plus d'une centaine d'affiches vont remplacer leur titre par "Ma place est dans la salle". L'opération est relayée par vidéo et Twitter par des célébrités comme Patrick Bruel, Gad Elmaleh,Juliette Gréco, Fabrice Luchini, Pierre Arditi.

Pierre Arditi :

Effectivement les salles ne sont pas pleines. Il faut redonner aux gens l'envie de sortir, de se promener.

Un mois après les attentats de Paris, les professionnels du spectacle redoutent une forte baisse de fréquentation, alors quela fin d'année représente 25% des ventes de billets annuellles.

Selon le Prodiss , qui regroupe 340 entrepreneurs du spectacle, les ventes, en chute de 80% la semaine qui a suivi les attentats du 13 novembre, affichaient encore un repli de 40% entre le 14 et le 30 novembre et restent en retrait par rapport à la normale.

L'Assemblée nationale a voté un fonds de 4,5 millions d'euros pour aider les entreprises du spectacle vivant à faire face aux conséquences des attentats.

"Tout s'est arrêté le 13 novembre ", rappelle Thierry Suc, producteur de Mylène Farmer, Valérie Lemercie r et de la comédie musicale Résiste . Le show inspiré par les chansons de Michel Berger et de France Gal l, donné au Palais des Sports, vend aujourd'hui "un tiers de ce qu'il vendait chaque jour avant les attentats", estime-t-il auprès de l'AFP.

L'interdiction des sorties scolaires a pénalisé aussi le théâtre jeune public en Ile-de-France. Durant le mois qui a suivi les attentats, ce sont 8.000 places d'enfants et de jeunes qui sont restées vacantes au Théâtre de la Ville, selon son directeur Emmanuel Demarcy-Mota. Le Théâtre de la Ville lance son grand spectacle de fin d'année, "Alice et autres merveilles", le 28 décembre et M. Demarcy-Mota envisage d'en faire jouer des extraits dans les écoles.

Les spectacles familiaux, comme Carmen par la compagnie Antonio Gades ont subi un contrecoup très net. La compagnie espagnole a réduit de 12 à 8 le nombre de ses représentations au Casino de Paris du 4 au 13 décembre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.