Avec sa sortie cette semaine sur Xbox One et Playstation 4, le jeu de D-Pad Studio est désormais disponible sur tous les supports du marché. Plus aucune excuse, donc, pour rater ce petit bijou qui mêle douce nostalgie et sincère amour du jeu vidéo.

Owlboy, un conte vidéoludique empreint de nostalgie
Owlboy, un conte vidéoludique empreint de nostalgie © D-Pad Studio

Le développement de Owlboy fut lui-même une aventure : près d'une décennie s'est écoulée entre les premiers pas du projet et sa sortie sur PC en 2016, deux ans de plus pour le voir arriver sur Switch, Xbox One et PS4. Mais il suffit de lire les critiques élogieuses (dont celle que vous entamez ici) pour comprendre à quel point cette attente était justifiée. 

Il faut dire qu'on est ici en plein dans l'artisanat du jeu vidéo. Aucun travail à la chaîne, pas de développeurs par dizaines ou de moteur graphique complexe : dans Owlboy, le moindre personnage, le moindre ennemi, et la moindre feuille ballotée par le vent ont été assemblés pixel par pixel. La résultat a non seulement l'apparence d'un jeu (haut de gamme) de l'époque de la Super Nintendo et de la Megadrive, mais il en a la saveur.

La manette et les plumes

L'histoire est classique mais contée avec talent. Owlboy vous plonge dans la peau d'Otus, un jeune hibou anthropomorphe, muet et maladroit, ce qui lui vaut les réprimandes et le mépris de son maître, qui désespère de réussir à en faire son successeur pour protéger son village. Mais l'attaque brutale d'une bande de pirates va bouleverser sa vie plus ou moins calme, et le pousser bien malgré lui vers l'héroïsme.

Otus n'est donc pas très doué. Heureusement, il est aussi attachant pour le joueur que pour les personnages qu'il va rencontrer. Faible, sans arme, il pourra compter sur trois acolytes qu'il pourra porter à la force de ses ailes. C'est ce qui permet d'ailleurs à Owlboy de ne pas être qu'un jeu de plateformes classique, en proposant quelques trouvailles de jouabilité intéressantes. Selon l'allié qui le suivra, il pourra débloquer de nouveaux itinéraires, apprendre de nouvelles compétences, accéder à de nouveaux secrets.

Pour les connaisseurs, ce type de jeu a un nom : "metroidvania" (contraction des deux célèbres séries qui en ont été les précurseurs, Metroid et Castlevania). Un genre auquel Owlboy ne se contente pas de rendre hommage : il en propose une version aussi excellente que rafraîchissante.

Plus qu'un trip nostalgique

Résumons donc : Owlboy est visuellement superbe compte tenu des contraintes qu'il s'est imposées (faire un jeu "à l'ancienne"), il se prend en main facilement (avec une courbe de progression qui se corse tout de même un peu sur ses derniers niveaux), et propose un univers et une histoire riches et attachants. Il ne manque ni d'imagination, ni d'humour, et comme ses illustres inspirations (Metroid et Mario en tête), il vous fera souvent prononcer le plus célèbre des mensonges de joueur : "allez, j'arrête juste après ce passage".

Non content de connaître ses classiques, Owlboy a déjà réussi le tour de force d'en devenir un.

OWLBOY - Disponible sur PC, Mac, Linux, Switch, Xbox One et Playstation 4

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.