L'album Panini consacré aux équipes de la Coupe du monde de football 2018 sort ce mercredi. Ce sera le treizième dédié à cette compétition sportive, mais un parmi plusieurs centaines d'albums déjà sortis... Certains ont des thèmes étonnants.

Les vignettes Panini en préparation pour la Coupe du Monde
Les vignettes Panini en préparation pour la Coupe du Monde © AFP / Lena Klimkeit / DPA

Ce mercredi, les éditions Panini lancent leur traditionnel album de vignettes dédié à la Coupe du monde 2018, qui se déroulera cette année en Russie. Ce nouveau fascicule, mis en vente chez les buralistes et marchands de journaux, présente 18 joueurs pour chacune des 32 équipes en lice, plus une série de vignettes dédiées aux joueurs légendaires de la compétition (on compte bien entendu sur la présence de Zizou dans le lot).  

473 euros en moyenne pour compléter un album

Soit, au total, 670 vignettes à collectionner, et un business juteux pour la firme italienne spécialisée depuis 1961 dans ces albums qui ont marqué des générations entières de petits (et de grands). Selon les recherches statistiques menées par un mathématicien britannique en 2016, il faut débourser en moyenne 473 euros pour compléter son album.  

Une somme qui est bien entendu une moyenne basée exclusivement sur votre chance : contrairement à la croyance commune, aucune vignette n'est plus rare que les autres, elles sont toutes tirées au même nombre d'exemplaires, et réparties aléatoirement dans les paquets. La rareté d'une vignette tient donc à la fréquence de ses échanges.  

Mais les effigies des joueurs de football ne sont pas les seules à avoir fait l'objet d'un album des célèbres éditions au logo jaune : nous avons plongé dans les archives pour dénicher six albums aux thématiques improbables. 

1965 : Avions et missiles 

C'est le premier album de l'histoire de Panini qui ne soit pas consacré au football. Sorti en Italie sous le nom "Aerei i missili de tutti i tiempi", il regroupe, comme son nom l'indique assez justement, plusieurs dizaines de dessins d'avions civils et militaires à travers les époques, et de missiles. Il peut se feuilleter en partie en cliquant ici. 

On aime : le fait que chaque vignette soit suivie d'explications, qui ont certainement fait naître des dizaines de petits aérophiles en Italie. 

On aime moins : il a aussi certainement fait naître des dizaines de petits passionnés de missiles.  

1981 : l'Histoire de France 

Pour cet album, Panini s'est adjoint les services de l'écrivain André Castelot, qui a rédigé des textes sur l'Histoire de France pour accompagner les vignettes, revenant sur les grands épisodes de notre Histoire de 1789 à 1919, en utilisant de nombreux tableaux célèbres, comme le Sacre de Napoléon ou l'Assassinat de Marat.  

L'album de vignettes se vend quelques dizaines d'euros sur des sites comme ebay
L'album de vignettes se vend quelques dizaines d'euros sur des sites comme ebay / Capture d'écran ebay

On aime : l'idée de collectionner de petites œuvres d'art, jamais reproduite depuis ! 

On aime moins : la mise en page un peu austère. Et en même temps, c'est avant tout un livre d'Histoire.  

1991 : Médecins sans frontières 

Au début des années 90, Panini conclut un partenariat avec la célèbre ONG Médecins sans frontières. Les vignettes présentent à la fois la situation des zones dans lesquelles interviennent les bénévoles de l'association, et leurs actions. 

On aime : une belle action pour sensibiliser les plus jeunes aux actions des ONG. 

On aime moins : comme l'affirme ce commentaire du site Paninimania, l'album est "tellement anxiogène qu'il en devient fascinant"

G1997 : Diana, princesse de Galles 

Sous-titré "Un conte de fées moderne", l'album sort quelques semaines après le décès de la princesse Diana dans un accident de voiture à Paris. Il retrace en vignettes le destin de la princesse.  

On aime : la sobriété de la mise en page.

On aime moins : l'Histoire ne dit pas s'il était livré avec un CD de "Candle in the wind".

1998 : Fort Boyard 

Avec pour titre exact "Le trésor de Fort Boyard", il affiche une promesse aguicheuse en couverture : 500 boyards en or à gagner ! Et c'était vrai : compléter l'album permettait de résoudre une énigme pour participer à un tirage au sort, permettant de gagner l'une de ces 500 médailles frappées pour l'occasion.

On aime : un livre-jeu avant l'heure. 

On aime moins : pas de photos des personnages, mais des dessins pas franchement du meilleur goût.  

2016 : Emoji 

Un album (sorti en Espagne) dont le concept est de collectionner des emojis. Si, si, les emojis, ces petits dessins dont la totalité est accessible en permanence sur votre smartphone.  

On aime : le sens de l'avant-garde, cet album étant sorti près d'un an avant le film "Le monde secret des emojis".

On aime moins : l'impression d'avoir atteint le bout du bout.

Bonus : en 2018, l'album France Inter 

Pour collectionner vos voix préférées et enfin scotcher ceux qui vous scotchent au micro toute la journée.  

On aime : vous allez enfin pouvoir échanger un Dominique Seux contre un Guillaume Meurice (ou vice-versa).

On aime moins : évidemment, c'est une blague.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.