Le plus grand salon français du jeu vidéo ouvre ses portes ce mercredi et jusqu'au 5 novembre, avec une nouveauté de taille : un concert symphonique au Grand Rex, avec 45 morceaux directement tirés ou adaptés de jeux célèbres. L'occasion de poser sa manette et de monter le son.

Joueur à la Paris Games Week 2016, porte de Versailles
Joueur à la Paris Games Week 2016, porte de Versailles © Reuters / Charles Platiau

Une cinquantaine de morceaux, 60 musiciens et dans le public mercredi soir, des fans de jeux... Mais sans doute pas seulement. L'idée de reprendre ou d'adapter des bandes originales de jeux vidéo n'a plus rien de saugrenu depuis plusieurs années, et elle fait généralement le plein. Il faut dire que le jeu a désormais ceci de commun avec le cinéma que certains de ses thèmes musicaux sont entrés dans la culture populaire.

► ÉCOUTEZ | Notre reportage sur l'adaptation des musiques de jeux vidéo

1 min

Aujourd'hui, beaucoup de bandes sons de jeux vidéo sont déjà écrites comme des symphonies

Par Olivier Bénis

On ne sait pas combien de morceaux de la liste suivante (totalement subjective) seront joués lors de ce premier concert symphonique organisé en marge de la Paris Games Week 2017, mais ils mériteraient d'y figurer, soit parce qu'ils ont été composés brillamment pour un orchestre, soit parce qu'ils ont marqué les oreilles des joueurs. Et même (voire surtout) si vous ne jouez pas, écoutez et laissez-vous surprendre !

Super Mario Bros., musique de star

Une référence que vous avez forcément déjà entendue, et qui a donc connu de multiples adaptations dans des styles musicaux différents. Mais il faut avouer que réentendre ces quelques notes toutes simples jouées par un orchestre (ici le London Symphony Orchestra) lui donne une toute autre dimension.

Assassin's Creed, morceaux d'époque(s)

La série d'Ubisoft plonge le joueur dans une époque différente à chaque épisode. Une immersion visuelle mais aussi sonore, qui doit beaucoup à ses thèmes musicaux. Ici, dans l'épisode "Freedom Cry", le compositeur français Olivier Derivière mêle orchestre et chants d'esclaves haïtiens.

Skyrim, l'appel de la chasse

Si vous devez vous lancer dans une vaste chasse aux dragons (on ne sait jamais), écouter la bande originale de Skyrim semble être le choix idéal pour se donner du courage, avec ses crescendos épiques qui finissent par rejoindre (à 2'08") le thème général de la série The Elders Scrolls, dont ce jeu est le cinquième épisode.

Monkey Island, chanson à boire

Pour accompagner cette série de jeux humoristiques dans le monde des pirates, il fallait à la fois rester dans l'ambiance des Caraïbes et y ajouter un brin de folie et des parfums de grog. Pari particulièrement réussi avec l'introduction du troisième épisode de la série, toute en sonorités cuivrées et dépaysantes.

Zelda, un air d'aventure

La série est (notamment) fameuse pour ses thèmes musicaux emblématiques, eux aussi largement repris comme celui de Mario. Cette version symphonique du thème de la Déesse dans Skyward Sword, l'un des plus récents épisodes, est un parfait compromis entre ambiance de conte et souffle de l'aventure. Détail amusant : ce morceau reprend l'un des thèmes principaux d'Ocarina of Time, un épisode précédent, en le jouant simplement à l'envers.

The Witcher, sonorités slaves

Le jeu du studio polonais CD Projekt est une sombre plongée dans un univers fantastique où la vie serait encore plus dure que dans un épisode du Seigneur des Anneaux. Les airs qui accompagnent l'aventure de Geralt de Riv sont au croisement entre de multiples influences musicales, surtout européennes.

Metal Gear Solid, orchestre électronique

En 2001, le deuxième épisode de la série recrute le compositeur de cinéma Harry Gregson Williams pour collaborer sur l'élaboration de la bande original du jeu. Une pratique encore très rare à l'époque : il y réinvente le thème principal du jeu, en y mêlant sonoritées électroniques et grandiloquence de l'orchestre.

The Nomad Soul, pop de manette

Autre star qui s'est aventurée dans le jeu vidéo : David Bowie. Le chanteur participe avec enthousiasme au développement du jeu en 1999, dont il joue un personnage. Il se charge même personnellement d'une bonne partie de la bande originale, dont le thème principal. Il en conservera d'ailleurs une version légèrement différente (les mots du refrain changent) dans son album Hours.

Shadow of the Colossus, la victoire dans les oreilles

Outre le fait qu'il s'agit d'un jeu exceptionnel (tellement qu'un remake est en travaux, à peine douze ans après sa sortie), Shadow of the Colossus a une approche formidable de la musique. Elle est intimement liée à la progression du joueur, chargé d'affronter des titans gigantesques. Et l'air joué en fond sonore retranscrit magnifiquement la peur, l'excitation, ou le soulagement du personnage principal. Comme ici, lorsque le combat tourne (enfin) à votre avantage et que la musique vous le fait pleinement ressentir.

Final Fantasy, opéra vidéoludique

Il y aurait des pages entières à écrire sur le travail de Nobuo Uematsu, longtemps compositeur attitré de la série Final Fantasy, capable d'écrire aussi bien la partition d'un requiem pour un personnage qu'un opéra aux échos de tragédie grecque. Ici, dans l'introduction du huitième épisode de la série, il pose en quelques secondes une ambiance sonore annonçant les futurs destins tragiques des héros du jeu.

Castlevania, symphonie vampirique

Également réputé pour ses bandes originales, les jeux Castlevania ont longtemps misé sur des ambiances rythmées, à l'unisson avec leur action stressante. Avec l'épisode Lords of Shadow, qui marque un tournant dans l'histoire de la série en l'orientant vers un récit plus développé, la musique devient facteur d'ambiance, l'orchestre narrant la terrible tragédie de Gabriel Belmont. Ambitieux et poignant.

Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.