Fabrice Hyber
Fabrice Hyber © Christine Siméone / christine siméone

Jusqu’au 6 janvier, la fondation Maeght à Saint-Paul-de-Vence montre l’ensemble des peintures homéopathiques de Fabrice Hyber. Elles n’ont jamais été réunies et pour la première fois elles apparaissent par ordre chronologique.

blogcshorspistes
blogcshorspistes © christine siméone / christine siméone

Qu’est ce qu’un peinture homéopathique pour Fabrice Hyber ? Le résumé des préoccupations des dernières semaines posé sur un immense tableau de papier. Dessins, photos, objets, mots, tout y a sa place pour peu qu’il raconte l’Hyber du moment.

Fabrice Hyber devant Organic Robot, peinture homéoapthique n° 26

Fabrice Hyber, Peinture homéopathique n°26, 2008
Fabrice Hyber, Peinture homéopathique n°26, 2008 © Christine Siméone

Les hommes de Bessines devant une statue de Giacometti dans la fondation Maeght
Les hommes de Bessines devant une statue de Giacometti dans la fondation Maeght © Christine Siméone

Fabrice Hyber est artiste très particulier. Personne ne lui a dit que le monde existe, raison pour laquelle il en invente un qui lui est propre. Il a mis au point un mouvement de libération des bonsais par exemple, quoiqu’il puisse affirmer que la nature est inhumaine. Mais n’est ce pas logique finalement ? Il ne regarde plus les infos depuis 20 ans, c’est plus sûr, car pour percevoir le monde, mieux vaut sleon lui, respirer, écouter ce qui est à portée d’oreilles. Que dit donc le monde d'Hyber?

Fabrice Hyber, détail
Fabrice Hyber, détail © Christine Siméone

Dans le monde d'Hyber, les petits hommes verts ont vraiment envahi la planète, pour preuve les hommes de Bessines, dont le premier a d’abord été conçu pour la ville de Bessines, avant qu'ils n'essaiment un peu partout.

L'homme est en train de muter, l’écologie est un concept tout aussi chimique que la science du pétrole.

Fabrice Hyber, détail
Fabrice Hyber, détail © Christine Siméone
Fabrice Hyber, détail
Fabrice Hyber, détail © Christine Siméone
Hyber, détail
Hyber, détail © Christine Siméone

Les jambes des hommes sont des racines d’arbres et les maisons crient comme l’homme de Munch.

Les histoires n’ont ni queue ni tête. En regardant les détails, il s'avère que le rapport entre le Père Noel et Bidendum est sexuel.

Tout cela Hyber ne le savait pas, ce sont ces peintures homéopathiques qui le lui racontent après coup.

Il faut du temps pour parcourir les chemins d’Hyber, les inventer soi-même car la déambulation est libre dans ses story-bords ; pas de ligne de fuite ni de perspective, ni clair ni obscur.

Hyber, détail
Hyber, détail © Christine Siméone / Christine Siméone

Fabrice Hyber, détail peinture homéopathique
Fabrice Hyber, détail peinture homéopathique © Christine Siméone
Fabrice Hyber, détail
Fabrice Hyber, détail © Christine Siméone

Fondation Maeght, Essentiel, jusqu’au 6 janvier 2013>

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone
Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.