Peter Pan, ce personnage créé par l’écrivain James Matthew Barrie, est passé dans le langage commun avec le fameux "Syndrome de Peter Pan", pour tous ceux qui ne veulent pas grandir. Mais Peter Pan, c'est bien plus que ça…

Revenons sur Peter Pan avec le philosophe Thibault de Saint-Maurice, alors le jeune héros vient de ressortir dans une nouvelle adaptation au cinéma réalisée par Joe Wright : Pan .

Couverture de Peter Pan & Wendy par James Matthew Barrie
Couverture de Peter Pan & Wendy par James Matthew Barrie © Michael Nicholson/Corbis

Peter Pan est un personnage qui nous demande ce que nous avons bien pu faire de notre enfance. Le Pays imaginaire uniquement peuplé d’enfants, le capitaine Crochet, Wendy, la fée Clochette, Lili la Tigresse… Que ce soit en livre ou au cinéma, aujourd'hui, tout le monde connaît Peter Pan. A l’origine, il y avait le conte de James Matthew Barrie (1902). Mais Peter Pan , c'est aussi le film deWalt Disney (1953) ainsi qu’un nombre incalculable de BDs, de dessins animés, de spin-off - par exemple autour de la fée Clochette ou du capitaine Crochet comme le film de Spielberg, Hook en 1991.

Sauf que toutes ces adaptations et déclinaisons ont un peu édulcoré la complexité du personnage : aujourd’hui, Peter Pan n’est qu’un enfant qui s’accroche à son enfance et refuse de grandir. Mais Peter Pan est avant tout une énigme métaphysique : en refusant de grandir, il refuse que le temps puisse avoir prise sur lui, et donc il refuse la mort . Autrement dit, il refuse ni plus ni moins la finitude de la condition humaine. Pas étonnant dès lors que l’un de ses pouvoirs soit de voler, de suspendre les contraintes qui pèsent sur la réalité physique de nos vies ; pas étonnant non plus que pour lui, la frontière entre la réalité l’imaginaire soit abolie.Si ce personnage de conte fascine autant, c’est parce quil incarne une des ultimes résistances à ce destin auquel nous n’échappons pas , celui de notre propre devenir.

Illustration de Peter Pan
Illustration de Peter Pan © GraphicaArtis/Corbis

Souvenez-vous, la philosophie commence avec Socrate comme une réponse à cette invitation : “Deviens ce que tu es”. Du coup, ça fait 2500 ans qu’on nous explique que la clef de la sagesse réside dans le dépassement de l’enfance, de son immaturité et de son ignorance . Un Descartes explique que si nous avons tant de mal à connaître la vérité, c’est parce que nous avons été enfants avant d’être hommes - et donc que nous faisons plus confiance à nos sens qu’à notre raison. Un Kant explique que le sommet de la liberté est l’autonomie, c’est-à-dire la capacité à se donner sa propre loi, par différence avec les enfants qui reçoivent leur lois de leur parents ou de leurs précepteurs. La fascination que nous conservons pour Peter Pan ne devrait être rien d’autre qu’une tentation régressive - tant il est acquis que l’enfance est à dépasser et qu’il faille devenir adulte pour vraiment s’accomplir. Et pourtant, la force de Peter Pan est de nous proposer une alternative , un peu comme Alice et son pays des merveilles, ou comme Harry Potter aussi. Il nous rappelle que l’enfance, c’est aussi l’autre nom de la liberté, de l’aventure et de la découverte . Refuser de grandir ce n’est pas seulement un souhait illusoire, c’est aussi vouloir plus que la réalité ne peut offrir .

On comprend mieux que Nietzche puisse faire l’éloge de l’enfance à travers la voix de Zarathoustra lorsqu’il dit :

L’enfant est innocence et oubli, un nouveau commencement et un jeu, une roue qui roule sur elle-même, un premier mouvement, un oui sacré .

Illustration de Peter Pan et Wendy volant au-dessus de Londres
Illustration de Peter Pan et Wendy volant au-dessus de Londres © Michael Nicholson/Corbis

Et c’est pour cela que Nietzche nous invite à convertir notre esprit à l’esprit d’enfance.

Peter Pan refuse de grandir et c’est génial - de ce "génie" de Baudelaire quand il disait : “Le génie, c’est l’enfance retrouvée à volonté ”.

Alors même si nous avons grandi, nous pouvons continuer de voir Peter Pan comme une invitation à retrouver la puissance de l’enfance, celle de l’innocence et de l’oubli, l’autre face en fait de notre liberté toute faite d’engagements et de responsabilités.

Aller plus loin

Chaque dimanche, Thibaut de Saint Maurice intervient dans Pop fiction , l'émission dédiée à la pop culture animée par Ali Rebeihi sur France Inter. Pour réécouter cette émission dans son intégralité, c'est ici

Le dimanche, Thibaut de Saint-Maurice est aussi, dans la matinée, le philosophe du dimanche sur France Inter.

Et aussi :

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.