France Inter vous propose ses cinq livres préférés de l'écrivain Philippe Roth, considéré comme l'un des grands noms de la littérature américaine et mort ce mardi à 85 ans.

L'écrivain Philippe Roth est considéré comme l'un des grands noms de la littérature américaine
L'écrivain Philippe Roth est considéré comme l'un des grands noms de la littérature américaine © Maxppp / Miguel Rajmil/EFE/Newscom

La Tache 

À la veille de la retraite, Coleman Silk, un professeur de lettres classiques accusé d’avoir tenu des propos racistes, est contraint de démissionner. 

Son voisin et ami, l’écrivain Nathan Zuckerman, enquête. Il découvre le secret de la vie de Coleman Silk, un noir très clair de peau qui s’est fait passer pour juif toute sa vie afin de réussir sa carrière.

Écrit au moment du scandale Monica Lewinski, c'est un roman impitoyable sur les ravages du politiquement correct sur les campus américains, avec en prime un très beau personnage de femme, Fauna, femme de service à l’université avec qui Coleman Silk vit une histoire d’amour secrète.

Patrimoine

Livre autobiographique très émouvant. Roth abandonne la satire et la provocation pour évoquer les derniers mois de la vie de son père, un ancien agent d’assurances atteint d’une tumeur au cerveau inopérable. Patrimoine occupe une place à part dans l’œuvre de Roth. « Je n’ai jamais écrit ainsi, ni avant ni après » dit-il.

Pastorale américaine

Après trente-six ans, Zuckerman l'écrivain (encore lui !) retrouve Seymour Levov dit « le Suédois », l'athlète vedette de son lycée de Newark. « Le Suédois » incarne l’archétype de la réussite américaine. Petit-fils d’un immigré juif, il a épousé une reine de beauté irlandaise, Miss New Jersey, ses affaires prospèrent. Tout va pour le mieux… sauf que sa fille, Merry, commence à dérailler complètement. Impliquée dans les mouvements de protestation contre la guerre du Vietnam, elle se « radicalise » comme on ne disait pas encore à l’époque et, au grand désarroi du « Suédois », fait voler en éclats le mythe familial du « rêve américain ».

Opération Shylock

Philip Roth se surpasse dans ce roman loufoque où son double ne s’appelle plus Zuckerman, Tarnopol ou Kepesh, mais… Philip Roth ! Philip Roth apprend qu’un faux Philip Roth est en Israël pour prêcher « le diasporisme », le retour des juifs en Europe. Philip Roth (le vrai) saute dans un avion pour aller le démasquer. Un feu d’artifice de drôlerie, d’intelligence, un roman d’espionnage et une réflexion sur la judéité.

Particulièrement intéressant car Roth détestait être défini comme un écrivain juin américain.

Parlons travail

Lire ce livre, c’est s’offrir un cours particulier de littérature avec le meilleur des professeurs. On pense, un peu facilement, que Roth, esprit brillant, était uniquement dans la satire et la provocation. Mais il savait aussi admirer et faire partager son admiration. Parlons travail regroupe des entretiens avec, entre autres, Milan Kundera, Aharon Appelfeld, Edna O’Brien, Primo Levi, ainsi qu’une évocation très puissante d’un écrivain encore trop peu connu, qui fut l’un de ses modèles : Bernard Malamud. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.