Philippe Delerm en conférence
Philippe Delerm en conférence © cc Thesupermat / Thesupermat

Pour la première fois le public français découvre une rétrospective du peintre suédois des années 1900, Carl Larsson . Carl Larsson, l’imagier de la Suède présente plus de cent aquarelles au Petit Palais. Carl Larsson dont la Pêche aux écrevisses est devenue un emblème de la Suède a beaucoup représenté la vie domestique, et particulièrement sa prope maison, décorée par son épouse Karin.

Larsson est un grand aquarelliste , technique qu'il a particulièrement étudié lorsqu'il habitait en France près de Fontainebleau dans les années 1880.

Installé ensuite en Suède à Sundborn, c'est là que son talent va prendre toute son ampleur. En peignant sa propre maison et la vie domestique de sa famille, il a assuré la renommée de l'art de vivre à la suédoise . Sa maison était décorée par Karin, qui, elle-même peintre, a abandonné ses talents pour se consacrer à la décoration et aux textiles que l'on retrouve dans les tableaux de son mari.

Philippe Delerm , écrivain, récemment auteur de Elle marchait sur un fil (Seuil) commente ici deux œuvres de Larsson : Le repos dominical et Karin et Esbjörn . Philippe Delerm a découvert la peinture suédoise, et Larsson en particulier il y a une vingtaine d'année. L'esprit Larsson l'accompagne et l'habite depuis toujours.

La peinture de Larsson peut paraitre semblable à des images d’Épinal, un rien mièvre, et trop sage. En fait, Larsson est un grand technicien de l'aquarelle, et derrière les images sages se cache beaucoup de mélancolie.

Cliquez sur les images pour faire démarrer le commentaire

Le repos dominical - Carl Larsson
Le repos dominical - Carl Larsson © Radio France

Mots-clés :
Articles liés
Culture
Max Gallo est décédé
19 juillet 2017
Culture
Fregula sarda
18 juillet 2017
Culture
Pardulas
18 juillet 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.