En cette période singulière de confinement, que diriez-vous d'une balade philosophique ? Ces maîtres à penser nous offrent quelques clefs pour appréhender autrement ce temps infini qui s'offre à nous, avec aujourd'hui, le philosophe Alain et "Du bonheur et de l'ennui".

Portraits d' Émile Auguste Chartier, dit Alain de 1932 -
Portraits d' Émile Auguste Chartier, dit Alain de 1932 - © Bibliothèque nationale de France (BNF)

Si la doctrine de la sagesse cherchait des armes contre les maux véritables, elle promettrait trop. Si elle peut éloigner de nous quelques-uns des maux imaginaires, c'est déjà beaucoup.

Cette citation est extraite d'Éléments de philosophie (livre V et VI) du philosophe Alain, de son vrai nom Émile Auguste Chartier.

Émile-Auguste Chartier est né le 3 mars 1868 à Mortagne-au-Perche, il meurt le 2 juin 1951 au Vésinet.

Philosophe, bien sûr, mais également journaliste, essayiste et professeur, il s'est évertué tout au long de sa vie à signer ses articles, pamphlets et chroniques de nombreux pseudonymes : "Criton", "Quart d'œil" ou encore "Philibert", pour enfin adopter "Alain" notamment pour les chroniques qu'il rédige jusqu'en 1903 dans La Dépêche de Lorient puis, plus tard, dans La Dépêche de Rouen et de Normandie. Alain se jouait des pseudonymes.

Alain est un philosophe rationaliste ; le rationalisme est un courant philosophique qui établit la raison comme seule source possible de toute connaissance du monde, c'est-à-dire que la réalité ne serait connaissable qu'en vertu d'une explication seulement par les causes, écartant toutes révélations divines.

Le professeur, militant et journaliste

Admis en 1889 au concours d'entrée à l'École normale supérieure, il obtient l'agrégation de philosophie en 1892, puis est nommé professeur dans différents lycées, notamment à Henri-IV. Il n'hésite pas à s'engager politiquement du côté républicain et radical et donne des conférences pour une politique laïque en soutenant fermement la République. Il publie notamment des chroniques dans différents journaux jusqu'en septembre 1914. 

Alors que la guerre le rattrape, ce qui le pousse à militer pour la paix en Europe et à refuser le conflit avec l'Allemagne, il devance l'appel et s'engage malgré sa position. Il se retrouve alors à Verdun où un accident l'éloigne du front et des combats, avant d'être démobilisé le 14 octobre 1917.

Un philosophe engagé

Son grand livre publié en 1921, s'intitule Mars ou la guerre jugée et adopte la forme d'un pamphlet contre la guerre et ses atrocités. Politiquement, Alain s’engage aux côtés du mouvement radical en faveur d'une république libérale strictement contrôlée par le peuple.

Alain assiste également à la Seconde Guerre mondiale, il écrit beaucoup et adopte des positions controversées notamment par rapport au régime de Vichy et à l'antisémitisme.

Les "Propos"

Profondément humaniste, cartésien, il écarte l'idée que la capacité de jugement doit s'appuyer sur un système théorique mais plutôt être en prise directe avec la réalité. Alain adopte alors à partir de 1906 un genre littéraire qui devient sa signature, s'inspirant de Platon, Descartes ou Kant ; ce sont les Propos, courts articles s'inspirant de l'actualité et des événements de la vie quotidienne, dans une tournure concise et aux formules percutantes. 

Eléments de philosophie en 1940

Du bonheur et de l'ennui est extrait d'Éléments de philosophie, publié en 1940, et nous propose une introduction à la philosophie d'Alain en ouvrant sur ses grands thèmes de prédilection, qui ne se limitent pas au titre du recueil : le bonheur et l'ennui mais également l'amour de soi, la misanthropie, la vertu, la sagesse, etc.

Tous ces textes courts et denses (environ 25) offrent matière à réflexion. Dans cette œuvre organisée, Alain aborde donc une multitude de thèmes dont ce recueil en est en quelque sorte, la quintessence et c'est Du bonheur et de l'ennui qui ouvre le bal. 

Alain écrit sur le bonheur :

"On dit communément que tous les hommes poursuivent le bonheur. Je dirais plutôt qu'ils le désirent, et encore, en paroles, d'après l'opinion d'autrui.

Car le bonheur n'est pas quelque chose que l'on poursuit, mais quelque chose que l'on a.

Ainsi, toutes les peines peuvent faire partie du bonheur, si seulement on les cherche en vue d'un action réglée et difficile, comme dompter un cheval."

Quant à l'ennui, le philosophe explique :

"Je ne traite pas ici de vrais maux… Je traite des maux qu'on peut appeler imaginaires, autant qu'ils résultent de nos erreurs. C'est pourquoi je commence par l'ennui, mal sans forme, trop commun, et origine cachée de toutes les passions peut-être."

C'est la pensée qui s'ennuie.

Alain est un auteur prolixe et de nombreuses biographies lui sont consacrées. Retenons seulement ici les ouvrages cités plus haut :

  • Du bonheur et de l'ennui, Alain, Folio sagesses, Gallimard, 2016
  • Éléments de philosophie, Alain, Folio Essais, Gallimard, 1991
  • Mars ou La guerre jugée, Alain, Folio Essais, Gallimard, 1995 

Aller Plus Loin

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.