En cette période singulière de confinement, que diriez-vous d'une balade philosophique ? Ces maîtres à penser peuvent nous donner quelques clefs pour appréhender autrement ce temps infini qui s'offre à nous… Une promenade immobile avec le philosophe grec, Épicure, et sa "Lettre à Ménécée".

Portrait d'Épicure, fondateur de l'épicurisme. Copie romaine d'un original hellénistique.
Portrait d'Épicure, fondateur de l'épicurisme. Copie romaine d'un original hellénistique.

Épicure, né dans l'île de Samos à la fin de l'année 342 av. J.-C. ou au début de l'année 341, est le fondateur, en 306 av. J.-C., de l'épicurisme, l'une des plus importantes écoles philosophiques de l'Antiquité. 

La "Lettre à Ménécée"

Cette lettre, avec deux autres adresses, ainsi que son testament, font partie des rares textes d'Épicure qui nous sont parvenus. 

La Lettre à Ménécée est une lettre écrite par le philosophe à son disciple Ménécée ; elle propose une méthode pour atteindre le bonheur, en même temps qu'elle en précise les conditions. Pour se faire, Épicure propose un remède pour se soigner des maux inhérents à la condition humaine. Il explique, entre autre, que la philosophie est la médecine de l'âme, qu'elle peut se pratiquer à tout âge, que la mort n'est rien pour le philosophe épicurien et qu'il n'a pas lieu de la craindre.

Extrait de la Lettre à Ménécée d'Épicure :

"Ainsi, nous considérons l'autosuffisance comme un grand bien : non pour satisfaire à une obsession gratuite de frugalité, mais pour que le minimum, au cas où la profusion ferait défaut, nous satisfasse… Les mets les plus simples apportent autant de plaisir que la table la plus richement servie, quand est absente la souffrance que cause le besoin, et du pain et de l'eau procurent le plaisir le plus vif, quand on les mange après une longue privation."

L'habitude d'une vie simple et modeste est donc une bonne façon de soigner sa santé, et rend l'homme par surcroît courageux pour supporter les tâches qu'il doit nécessairement remplir dans la vie. 

Elle lui permet encore de mieux apprécier, à l'occasion, les repas luxueux et, face au sort, l'immunise contre l'inquiétude."

Épicure et les secrets du bonheur 

La philosophie d'Épicure et de son enseignement s'offre à nous dans ce petit texte fondateur, son but est de nous révéler le secret du bonheur. Épicure et sa pratique philosophique défendent l'idée que le but principal de l'existence est le plaisir, passant avant toute chose par l'absence de douleur. Ainsi il considère que la sensation est à l'origine de toute connaissance

L'épicurisme est une philosophie basée sur l'atomisme (conception d'un univers discontinu, composé de matière et de vide dont les atomes composant notre univers sont tous de même substance) afin d'aider les hommes à se libérer de leurs angoisses. 

Dans cette lettre, il propose également un quadruple remède, le "tetrapharmakos", pour se soigner des maux de la condition humaine, sous forme de quatre formulations : 

  • ne craignez pas Dieu,
  • ne vous inquiétez pas de la mort,
  • le bonheur est facile à obtenir, 
  • la souffrance est facile à supporter.

Épicurien n'est pas Rabelaisien !

Épicure ne prône aucunement le fait de profiter et de jouir à l'excès de tout ce que nous offre l'existence, comme Rabelais, à l'instar de Gargantua, qui se laisse tenter par des plaisirs futiles mais en réalité, le plaisir est, pour Épicure, un état de paix intérieure, comparé à une "mer calme" : se satisfaire des simples plaisirs de la vie et en jouir de façon constante. 

Épicure nous invite à la tempérance et à simplifier nos vies pour atteindre le bonheur, notamment en définissant une typologie de nos désirs : 

  • les désirs vides qui ne doivent pas être satisfaits (luxure, richesse excessive, célébrité...) et qui provoquent de la souffrance.
  • Les désirs naturels, conformes à la nature humaine, mais qui ne sont pas nécessaires, comme le désir sexuel, le jeu, l'art, la science. 
  • Et enfin, les désirs naturels nécessaires qui doivent être satisfaits car nécessaires pour atteindre la plénitude comme ceux de la faim, de la soif, sans oublier de la philosophie et de l'amitié. 

Bibliographie 

Pour prolonger avec Épicure

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.