Le confinement partiellement levé, notre rapport aux autres s'en trouve altéré par les règles qui diligentent nos déplacements et nos comportements. Avec le philosophe Bergson et sa métaphysique de l'intuition, appréhendons autrement ce changement qui s'opère dans notre rapport aux autres et à nous-même.

Henri Bergson (date du cliché inconnue)
Henri Bergson (date du cliché inconnue) © Photographe inconnu

Henri Bergson académicien, pacifiste convaincu et prix Nobel de littérature a élaboré dans son essai, Introduction à la métaphysique, publié en 1903 alors qu'il collaborait à la Revue de métaphysique et de morale, un moyen des plus originaux pour appréhender le monde.

L'introduction à la métaphysique

L'Introduction à la Métaphysique est autant un essai qu'un ouvrage, dans le sens d'un monument réflexif élaboré, constitué de nombreux thèmes et étayé par une multitude d'exemples et de métaphores. Son argumentation en faveur de cette métaphysique de l'intuition s'appuie sur la psychologie, les représentations de manière générale, qu'elles soient du corps, de Paris ou d'une forme géométrique et citant Platon, Kant, Taine ou Stuart Mill. Il peut être également considéré comme une préface à ses principaux ouvrages.

Sans posséder une maîtrise parfaite du langage spécifique à la philosophie (concept, objet, élan vital, morale close et morale ouverte, religion statique et religion dynamique, etc.), Bergson se montre, par le jeu de l'écriture, suffisamment clair et pédagogue pour nous faire ressentir sa métaphysique hostile au positivisme, à l'intellectualisme et au matérialisme.

Qu'est que la métaphysique ?

Avant d'aborder cette Introduction à la métaphysique d'Henri Bergson, examinons quelques définitions du terme "métaphysique" que nous propose le dictionnaire Larousse :

  1. Science de l'être en tant qu'être, recherche et étude des premiers principes et des causes premières, connaissance rationnelle des réalités transcendantes et des choses en elles-mêmes.
  2. Ensemble des connaissances tirées de la raison seule, indépendamment de l'expérience, chez Kant.
  3. Interrogation sur la conduite humaine en général, dans l'existentialisme.
  4. Spéculations intellectuelles sur des choses abstraites qui n'aboutissent pas à une solution des problèmes réels : faire de la métaphysique au lieu d'agir.
  5. Conception propre à un philosophe dans ces domaines : la métaphysique de Descartes.

Quant à Henri Bergson, il écrit :

S'il existe un moyen de posséder une réalité absolument, au lieu de la connaître relativement, de se placer en elle au lieu d'adopter des points de vue sur elle… enfin, de la saisir en dehors de toute expression, traduction ou représentation symbolique, la métaphysique est cela même. La métaphysique est donc la science qui prétend se passer des symboles.

Bien que les définitions ne manquent pas, attardons-nous sur celle qui fait référence à la métaphysique de Descartes. Si le point de départ, pour Descartes, est le doute précédant un enchaînement logique et rigoureux d'affirmations, de démarches vécues, qui mène sa réflexion, la "métaphysique" de Bergson s'apparente davantage à faire de la philosophie, une science dont les résultats seraient aussi rigoureux que toutes celles fondées sur l’intelligence, comme les mathématiques. 

En revanche, si les résultats proviennent logiquement de l'expérience, son originalité réside dans la méthode de Bergson : l'intuition.

L'analyse est l'opération qui ramène l'objet à des éléments déjà connus… analyser consiste donc à exprimer une chose en fonction de ce qui n'est pas elle… l'analyse multiplie sans fin les points de vue pour compléter la représentation toujours incomplète… elle se continue donc à l'infini. Mais l'intuition, si elle est possible, est un acte simple.

Et plus loin :

L'analyse opère sur l'immobile, tandis que l'intuition se place dans la mobilité ou, ce qui revient au même, dans la durée.

L'intuition, une méthode de la découverte de soi

Il y a une réalité au moins que nous saisissons tous du dedans, par intuition simple et non par simple analyse. C'est notre propre personne dans son écoulement à travers le temps. C'est notre moi qui dure. Nous ne pouvons sympathiser intellectuellement, ou plutôt spirituellement, avec aucune autre chose. Mais nous sympathisons sûrement avec nous-mêmes.

Bergson procède à une observation de la conscience de l'individu et des manifestations qui s'y produisent mais ces "phénomènes" sont :

Orientés du dedans vers le dehors, ils constituent, réunis, la surface d'une sphère qui tend à s'élargir et à se perdre dans le monde extérieur.

Bergson nous invite à procéder tout à l'inverse :

Si je me ramasse de la périphérie vers le centre, si je cherche au fond de moi ce qui est le plus uniformément, le plus constamment, le plus durablement moi même, je trouve autre chose.

Bergson nous offre ainsi une méthode qui en cette période de fin de confinement peut nous ouvrir de nouveaux horizons, infinis. Par l'intuition nous pouvons découvrir notre vie intérieure et cette connaissance intuitive nous réconcilie avec la durée pure (comme étoffe-même de notre moi) : c'est à dire quand notre moi se laisse vivre, quand il cesse d’établir une séparation entre l’état présent et les états antérieurs. Ce qui nous rend libre lorsque nos actes émanent de notre personnalité toute entière et l’exprime.

Parmi les grands ouvrages philosophiques que l'on doit à Bergson, citons chronologiquement  : 

  • Essai sur les Données Immédiates de la Conscience (1889), 
  • Matière et Mémoire (1896), 
  • L'Évolution créatrice (1907),
  • Les Deux Sources de la Morale et de la Religion (1932). 

Mais le livre qui a retenu l'attention du public est son essai sur la signification du comique, publié en 1900 et sobrement intitulé Le Rire, fondé sur un cours qu’il avait donné dans sa jeunesse en Auvergne.

Bibliographie sélective

pour aller plus loin

LIRE | Philo : Penser le confinement avec Bergson et son "imprévisibilité fondamentale du réel"

🎧 ECOUTER | La Petite Philo par Thibaut de Saint-Maurice : Un morceau de sucre pour mieux comprendre le passage du temps...

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.