Le Musée des Beaux-arts de Lyon accueille, en partenariat avec la Villa Médicis,une vingtaine d’œuvres de Pierre Soulages dont plusieurs tableaux inédits . Représentant majeur de l’abstraction française, Pierre Soulages a fait de la couleur noire son signe distinctif. Ces toiles actualisent la recherche de Pierre Soulages sur l'outrenoir, c'est-à-dire sur les possibilités multiples de faire advenir la lumière au sein du noir, par le travail de la matière. Cet événement fait écho à l’acquisition récente de trois œuvres de l’artiste : Brou de noix sur papier 60,5 x 65,5 cm, 1947, Peinture 202 x 143 cm, 22 novembre 1967 et Peinture 181 x 244 cm, 25 février 2009, grâce à la mobilisation exceptionnelle du Club du musée Saint-Pierre, de la Ville de Lyon, du Fonds Régional d’Acquisition des Musées - Région Rhône-Alpes et Direction Régionale des Affaires Culturelles - et du Cercle Poussin.

Brou de noix sur papier 60,5 x 65,5 cm, 1947, collection de l’artiste

Les premières oeuvres de Pierre Soulages, réalisées entre 1947 et 1949, sont exécutées au brou de noix sur papier. Cette matière inhabituelle, traditionnellement utilisée par les artisans plutôt que par les peintres, est déjà le signe d’une mise en cause des procédés traditionnels de la peinture. La forme remplit l’espace « en se livrant d’un seul coup de manière abrupte » ; monolithique et indivisible, elle est non-descriptive. La couleur sombre, le contraste évident entre les traces et le fond donnent le sentiment d’une peinture qui, déjà, s’impose sans compromis et fait preuve d’une grande autorité plastique. Aujourd’hui presque toutes les peintures sur papier de cette époque réalisées au brou de noix sont conservées dans la collection personnelle de l’artiste qui les considère comme véritablement fondatrices de son oeuvre et refuse de s’en séparer : elles seront présentées à partir de juin 2013 au musée de Rodez consacré à son oeuvre graphique et aux maquettes des vitraux de Conques.

### Peinture 202 x 143 cm, 22 novembre 1967, huile sur toile, collection de l’artiste

Cette toile est une des plus abouties que Pierre Soulages ait jamais peintes, un vaste champ coloré où domine le noir. La matière qui recouvre la toile, possède des qualités de transparence car, à l’approche de la trouée blanche qui interrompt en bas à gauche le large plan noir, la couche de peinture devient fluide, translucide et laisse transparaitre la lumière du fond préalablement recouvert de marron. Cette couleur brune a été répandue au préalable à la surface de la toile à l’aide d’un outil nouveau, une gouttière, qui apporte à l’artiste en même temps une surface et une forme sur lesquelles il peut ensuite travailler. Au cours des années 1960, l’oeuvre de Soulages a tendu vers une plus grande spatialité qui, dès lors, ne fera que s’amplifier. Le coup de brosse inscrit un plan et non plus un signe. La peinture se fait plus monumentale.

Peinture 181 x 244 cm, 25 février 2009, triptyque, acrylique sur toile, collection de l’artiste

Le format adopté ici par l’artiste résulte de trois éléments juxtaposés, trois châssis indépendants qui offrent à la fois des registres de lectures séparées et une vision globale. Soulages a développé ce type de composition à plusieurs éléments à partir de 1984. Cette peinture est caractéristique d’une nouvelle manière de peindre que l’artiste a qualifiée tout d’abord de « noir lumière » puis d’ « outrenoir », un « outrenoir » défini par Soulages comme « au-delà du noir une lumière reflétée, transmutée par le noir » . A partir de 1979, Soulages prend conscience que c’est la texture de la surface, striée ou lisse, qui change la lumière et fait naître des valeurs différentes de mat et de brillant, des noirs gris ou des noirs profonds.Désormais, l’artiste n’est plus guidé par la matière physique de la surface de la toile ni par sa couleur mais par la lumière qui naît au cours de son travail. La toile, entièrement recouverte d’un noir unique, échappe au monochrome : l’outrenoir n’est jamais tout à fait le même selon la position du spectateur et le moment où il regarde la peinture.

Pierre Soulages, peinture 181/405 cm, 12 avril 2012. Acrylique sur toile. Collection particulière
Pierre Soulages, peinture 181/405 cm, 12 avril 2012. Acrylique sur toile. Collection particulière © Adago, Paris 2012 photo V. Cunillère

Les gagnants ex-aequo du concours Soulages "la vie en monochrome" sont- Aurélie Renard pour "Fond de tasse " et- Chris G. pour "Gouttes de Pluie et Ronds dans l'O ".Bravo à eux deux. Et merci à vous toutes et tous pour la beauté, la richesse et l'inventivité de vos photos.La vie en monochrome était en couleurs sur cette page grâce à vous.

Aurélie Renard pour "Fond de tasse" et Chris G. pour "Gouttes de Pluie et Ronds dans l'O"
Aurélie Renard pour "Fond de tasse" et Chris G. pour "Gouttes de Pluie et Ronds dans l'O" © radio-france
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.