Rencontre avec Michelangelo Pistoletto. Le père de l'Arte Povera, expose au Louvre en ce moment, publie chez Actes Sud son dernier Manifeste. Rendez-vous avec un homme pour qui l'art change le monde.

blogcs interview automatique (ok)
blogcs interview automatique (ok) © Radio France

Jusqu'au 2 Septembre, Pistoletto orne le Louvre de son signe de reconnaissance et de ralliement pour une nouvelle humanité. Un symbole issu des deux cercles accolés pour faire l’infini mathématique, au milieu desquels il en rajoute un, plus large : le cercle qui nous relie tout un chacun à la mère, et pensé comme l’espace d’une nouvelle humanité à venir.

Pistoletto 2
Pistoletto 2 © actes sud

Pistoletto 1
Pistoletto 1 © actes sud

Michelangelo Pistoletto explique la signification du signe. La perspective, à la Renaissance, n’a pas été créée que pour l’art, nous dit Pistoletto, mais pour donner une perspective à toute l’humanité.Aujourd’hui il demande à l’art de donner une perspective pour le futur à l’humanité et il créé le signe, de reconnaissance et de ralliement.

Pistoletto est connu pour ses tableaux-miroirs datant des années 60, pour sesPlexiglas et ses Objets en Moins.

A l'époque où se déployaient Pop art et Nouveau Réalisme, au milieu des objets contemporains, emblématiques, Pistoletto était déjà porté sur une réflexion plus politique et spirituelle. Pendant qu'Yves Klein et Arman se demandaient quelle est la différence entre une cuillère et mille cuillères, qu'est ce que multiplication, alignement, enfermement pouvaient signifier pour un objet et pour l'art, Pistoletto posait la même question de l'objet et de sa mutation en oeuvre mais avec une perspective toute autre : il voulait changer le monde.

En 1998, Pistoletto a fondé la Cittadellarte – Fondazione Pistoletto, avec pour vocation de faire interagir l’art avec différents secteurs de la société. En 2003, il a reçu un Lion d’Or à la Biennale de Venise pour l’ensemble de sa carrière.

Au Louvre, l’exposition intitulée « Année 1, le Paradis sur Terre » marque le passage dans une nouvelle ère, celle d’une transformation humaine, sociale, culturelle, politique, célébrée dans le monde entier le 21 décembre 2012 dernier à travers diverses installations et performances, notamment dans la Cour Napoléon du Louvre.« Aimez les différences !». Ces phrases lumineuses en plusieurs langues, accrochées sur les remparts de l’ancien Louvre, sont le reflet des préoccupations de l’artiste sur les identités multiples issues de la mondialisation, et particulièrement du Bassin méditerranéen.

Le site de Pistoletto> Pour voir les oeuvres de Pistoletto sur le site de l'Universal museum Joanneum>

blogcs signature C Simeone
blogcs signature C Simeone © Radio France / C Siméone
Articles liés
Culture
Max Gallo est décédé
19 juillet 2017
Culture
Fregula sarda
18 juillet 2017
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.